Strasbourg : Mademoiselle, le nouveau cocktail pour les femmes qui se sentent en danger dans les bars

INITIATIVE Quatre étudiantes ont crée un faux nom de cocktail pour permettre aux femmes de signaler qu'elles sont en danger dans les établissements de la nuit à Strasbourg

Nils Wilcke

— 

Une femme dans un bar (Illustration)
Une femme dans un bar (Illustration) — Pixabay
  • A Strasbourg, un faux nom de cocktail appelé « Mademoiselle » permet aux femmes victimes de harcèlement ou qui se sentent en danger dans un bar de le signaler discrètement au personnel. 
  • A l'origine de ce concept, l'association Mad'EMoiselle veut contribuer à sécuriser l'espace public pour les femmes. 
  • Une dizaine d'établissements de la nuit strasbourgeois ont accepté de jouer le jeu. L'association veut étendre le dispositif. 

Vous demandez un « Mademoiselle » ? Ce nouveau cocktail n’est pas une invention d’un bar mais un nom de code pour les femmes victimes de harcèlement ou de violences, lancé il y a quelques semaines à Strasbourg.

Le concept est simple. Une femme se sent en danger ou assiste à un comportement inapproprié dans un bar ? Elle peut le signaler en toute discrétion au barman en demandant un faux cocktail. Ce qui doit permettre au personnel de lui venir en aide. Derrière ce concept, qui existe déjà aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, se trouve l’association étudiante strasbourgeoise Mad’EMoiselle.

Assurer la sécurisation de l’espace public

« L’idée, c’est d’assurer la sécurisation de l’espace public à Strasbourg pour les femmes, surtout la nuit », explique sa présidente Lisa Weissenbach. En deuxième année de bachelor à l’école de management de Strasbourg, elle a créé cette association avec trois de ses camarades après avoir « vu passer des chiffres alarmants » sur les violences faites aux femmes.

View this post on Instagram

L’équipe Mad’EMoiselle 🌹

A post shared by Mad'EMoiselle (@mademoiselle.strasbourg) on

Une dizaine d’établissements de la nuit strasbourgeois ont accepté de jouer le jeu. Ils sont identifiables grâce aux stickers collés sur leurs devantures. Des affiches sont également placées dans les sanitaires féminins pour en informer la clientèle. Vous pouvez aussi retrouver les établissements partenaires sur le site et le compte Instagram de l’association. Une soirée officielle de lancement est prévue au bar le Barberousse le 6 mars prochain.

« On a tout intérêt à éviter que le pire se produise »

« C’est intolérable qu’une femme se fasse embêter en soirée », explique le gérant, qui a engagé un portier pour assurer la sécurité. « Quand un mec fait son relou, je le prends par la peau du cou et je le mets dehors, assure la gérante d’un autre bar. Mais c’est très rare ». La question du harcèlement et des violences faites aux femmes n’est pas évidente à aborder de front pour les établissements de nuit, dont certains craignent « une mauvaise publicité ». « Même si on n’est pas directement concerné, le risque zéro n’existe pas. On a tout intérêt à éviter que le pire se produise », assure le gérant du Barberousse.

Pour l’association Mad’EMoiselle, cette opération n’est qu’un début. Les quatre jeunes femmes ont l’intention d’étendre leur dispositif dans un maximum d’établissements de la capitale alsacienne.