Strasbourg : C'est quoi ces nouveaux panneaux devant les bâtiments historiques ?

CULTURE La capitale alsacienne s'est enfin dotée d'une signalétique pour son patrimoine

T.G.

— 

Un "totem" « pour les touristes mais aussi les Strasbourgeois », ici place Gutenberg.
Un "totem" « pour les touristes mais aussi les Strasbourgeois », ici place Gutenberg. — G. Varela / 20 Minutes

Ils sont marron avec une bande rouge, mesurent un peu plus de deux mètres et se multiplient dans le centre-ville de Strasbourg. Ils sont, ils sont… Les nouveaux totems de signalétique du patrimoine !

Les 31 premiers ont été posés dans la Grande île et la Neustadt depuis début décembre. Trente nouveaux seront installés en avril dans les mêmes coins, avant un déploiement des 67 derniers dans les autres quartiers de la capitale alsacienne en juin. Au total, le coût de l’opération est estimé à 600.000 euros.

Dans tous les quartiers

« Tous les quartiers seront concernés », assure-t-on à la ville. A l’Esplanade, la citadelle et la faculté de droit auront droit à leur signalétique, tout comme la cité-jardin du Stockfeld à Neuhof, le cimetière juif à Koenigshoffen ou encore le marché de Neudorf.

Sur les totems, le même principe est appliqué à chaque fois. Un texte décliné en français, allemand et anglais (de haut en bas) avec… un QR code. Ce dernier, lisible à partir des appareils photo des téléphones, renvoie vers une page du site internet collaboratif Archi-Wiki.

« Nous avions jusqu’à maintenant une signalétique un peu hétéroclite qui n’était pas digne de Strasbourg. Ce beau mobilier, relativement discret, nous permet d’être cohérents », s’est félicité le maire Roland Ries devant le musée historique de la ville de Strasbourg qui accueillait auparavant l’ancienne Grande Boucherie. Oui, c’est écrit sur le panneau.