Strasbourg : Des sans-abris et des migrants squattent un bâtiment dans le quartier de Cronenbourg pour en faire un lieu d'hébergement culturel et écolo

SOCIETE Un nouveau squat a fait son apparition dans le quartier de Cronenbourg, à Strasbourg. Mais le bâtiment serait voué à la démolition, selon la ville 

Nils Wilcke

— 

Le nouveau squat se situe 43 route d’Oberhausbergen, à Cronenbourg
Le nouveau squat se situe 43 route d’Oberhausbergen, à Cronenbourg — Squat de Cronenbourg

Un nouveau squat a fait son apparition en toute discrétion à Strasbourg, dans le quartier de Cronenbourg. Contrairement à l’Hôtel de la Rue, rue Gruber à Koenigshoffen, et au Bugatti à Eckbolsheim, deux autres squats qui ont ouvert cet été, celui-ci est plus petit.

Il accueillerait entre cinq et dix personnes sans solution d’hébergement, principalement la nuit, selon un militant associatif : « Ce sont des sans-abri et des migrants qui n’ont rien trouvé malgré des appels au 115 ». Ils ont un projet bien précis. « On voudrait créer un lieu de rencontre culturel et écologique », détaille l’un des occupants. Cuisine et jardin participatif, maraîchage et maraudes, rencontres culturelles… Les squatteurs rêvent d’occuper la maison en auto-gestion.

La ville a porté plainte

Problème, le bâtiment est la propriété de l’Eurométropole qui a porté plainte pour « occupation illicite » ce jeudi 30 janvier, selon Rue89 Strasbourg. Ce que confirme Marie-Dominique Dreyssé (EELV), adjointe au maire de Strasbourg, en charge des Solidarités : « On est en train de boucler le dossier, explique-t-elle à 20 Minutes. Le lieu est en mauvais état, la responsabilité de la ville est engagée ».

En outre, le bâtiment n’a pas d’eau, pas d’électricité et serait voué à la démolition, selon l’élue. Des conditions difficiles qui n’enlèvent rien à la détermination des occupants. « On ne veut pas de conflit avec la ville ou la police, on veut juste rester et avoir un toit », dit l’un d’entre eux. Ils craignent désormais une expulsion.