Strasbourg : Le local du candidat LREM trop souvent dégradé, le parcours des manifs contre la réforme des retraites est modifié

SOCIAL Alain Fontanel dément avoir demandé à la police de modifier l’itinéraire de la manifestation contre la réforme des retraites à Strasbourg

Nils Wilcke

— 

Les soutiens d'Alain Fontanel retirent les autocollants déposés par les manifestants sur son local de campagne le 11 janvier.
Les soutiens d'Alain Fontanel retirent les autocollants déposés par les manifestants sur son local de campagne le 11 janvier. — Nils Wilcke
  • Le trajet de la manifestation contre la réforme des retraites a-t-il été dévié de son parcours initial à cause des dégradations commises sur le QG de campagne du candidat LREM Alain Fontanel? 
  • Samedi 11 janvier, la police a interpellé en fin de manifestation et placé en garde à vue une quarantaine d’heures un homme qu’elle soupçonne d'être l'auteur des faits
  • Les syndicats affirment que la police leur a demandé de changer de parcours pour cette raison. Le candidat dément de son côté avoir exigé une modification du parcours.

A Strasbourg, la réforme des retraites rentre dans la campagne pour les municipales. Ce jeudi, les manifestants ont fait face aux CRS au niveau de la rue de Zurich et du Quai des Bateliers. Les forces de l’ordre étaient massées en nombre et plusieurs voitures de police bloquaient la voie au cortège.

« Vous n’êtes pas aux ordres de Fontanel », a lancé un manifestant dans son mégaphone. Tandis qu’un autre groupe de manifestants a chanté un slogan avec une insulte homophobe à l’encontre du premier adjoint et candidat LREM aux municipales. Comment expliquer cette situation ?

« On nous a demandé de changer de direction »

L’intersyndicale (FO, Solidaires, CGT, CNT et FSU) a eu « la surprise » d’apprendre qu’il lui était interdit d’intégrer le quai des Bateliers dans le parcours de la manifestation lors du dépôt du parcours à l’hôtel de police ce mercredi. La raison ? Le QG de campagne du premier adjoint au maire et candidat LREM Alain Fontanel, situé sur cette voie, est devenu une cible privilégiée pour les manifestants qui défilent contre le projet de loi du gouvernement. A trois reprises ces dernières semaines, les vitres de « La Fabrique de la ville heureuse », les locaux du candidat, ont été recouvertes d’autocollants hostiles et taguées, comme l'a noté Rue89 Strasbourg.

« Les responsables de la police nous ont clairement dit qu’il fallait changer le parcours car il ne fallait pas passer devant le local d’Alain Fontanel », affirme à 20 Minutes Esther Bauer, secrétaire de Solidaires Alsace. Le même discours a été tenu au syndicaliste FO Hervé Gourvitch lors d’une réunion avant la manifestation du samedi 11 janvier avec la police lundi dernier. « On nous a alors demandé de changer de direction et de protéger la vitrine du local d’Alain Fontanel », confirme celui-ci.

Samedi dernier, la vitre a également été endommagée, comme en a été témoin 20 Minutes. La police a interpellé en fin de manifestation et placé en garde à vue une quarantaine d’heures un homme qu’elle soupçonne d’être l’auteur des faits. Déféré le 13 janvier pour le chef de « dégradation volontaire de biens privés », ce manifestant a été convoqué en justice pour le 10 mars, indique une source policière.

« Nous sommes pour le respect du droit de manifester »

Le changement du trajet de la manifestation est-il une exigence du candidat LREM ? Sollicité, Alain Fontanel dément avoir demandé une modification du parcours. « Nous sommes pour le respect du droit de manifester, indique le premier adjoint. Les autocollants, ce n’est pas une agression. Par contre, nous avons déposé plainte pour la vitre endommagée pour des questions d’assurance ».

Mais l'élu relativise tout en replaçant les évènements dans le contexte de la réforme des retraites: « Le local se trouve sur le parcours de la manifestation, c’est un moyen pour les gens d’exprimer leur colère ».

De son côté, la préfecture du Bas-Rhin indique que « l’itinéraire a été établi pour éviter tout trouble à l’ordre public ». En précisant qu'« il n’y a pas de mesures spécifiques en dehors du dispositif de sécurité adapté pour l’ensemble des manifestations ». Dans la soirée, de nouveaux autocollants ont fait leur réapparition sur les vitres du QG de campagne du candidat.