Strasbourg : Tourisme de masse, authenticité, sécurité… Le marché de Noël est-il arrivé en bout de course ?

NOEL Pour beaucoup d’élus, le marché de Noël de Strasbourg, pourtant si prisé des touristes, doit se réinventer. Parade, nouvelles décorations ou harmonisation des chalets, les habitants ont des idées

Nils Wilcke

— 

Le marché de Noël, place de la cathédrale, à Strasbourg.
Le marché de Noël, place de la cathédrale, à Strasbourg. — G.Varela/20 Minutes
  • Pour beaucoup d’élus, le marché de Noël de la capitale alsacienne, pourtant si prisé des touristes, est arrivé en fin de course.
  • Manque d'authenticité, mesures de sécurité questionnées... « C’est la première fois que des gens remettent en cause l’existence-même du marché de Noël », note le président de l'Eurométropole Robert Herrmann. 
  • Interrogés par 20 Minutes, des habitants donnent des idées pour le réinventer.

Le débat n’est pas nouveau. L’an passé, le maire de Strasbourg, Roland Ries avait déjà fait part de ses doutes. Il craignait de voir le fossé entre les Strasbourgeois et leur marché de Noël se creuser. Cet instant est-il arrivé ?

Pour beaucoup d’élus, le marché de Noël de la capitale alsacienne, pourtant si prisé des touristes, est arrivé en fin de course. Du moins sous sa forme actuelle.

« On ne peut pas continuer de façon »

C’est le bilan tiré lors du dernier conseil municipal de la ville, qui s’est déroulé lundi 16 décembre. Mesures de sécurités questionnées, manque d'authenticité déploré… Le conseiller municipal Jean-Philippe Vetter (LR) a mis les pieds dans le plat en interpellant la majorité : « Il faut revenir à l’authenticité, a martelé l’élu qui se présente aux municipales, car c’est l’authenticité qui a fait le succès du marché de Noël ».

Il a été rejoint par la candidate écolo : « La situation actuelle n’est plus tenable, a déclaré Jeanne Barseghian (EELV), qui a pointé la « lassitude » des Strasbourgeois face au lourd dispositif de sécurité mis en place après l’attaque terroriste du 11 décembre 2018. « On est arrivé au bout de ce qui a été mis en place, on ne peut pas continuer de façon », a-t-elle poursuivi. Seul l’adjoint Mathieu Cahn, candidat PS, s’est dit « méfiant sur la notion d’authenticité » et « attentif à ce qu’il reste sur le marché de Noël des produits accessibles à tous. »

« On est peut-être arrivé à la fin d’un cycle »

Reste que les Strasbourgeois réclament du changement. D’ordre esthétique, d’abord : « Il faudrait renouveler un peu les décos des rues qu’on nous ressert tous les ans depuis longtemps, demande Carole, en réponse à notre appel à témoignages sur Facebook. Parmi les secteurs concernés, l’internaute cite « les anges à la cathédrale, les rideaux rue des Grandes Arcades… et d’autres encore ». Le maître mot des lecteurs de 20 Minutes ? L’harmonie. « Il faudrait harmoniser les chalets partout, y compris place Broglie et les illuminations », réclame de son côté Isabelle. Et plus d’animations. Adriano, lui, rêve d’une « parade de Noël à Strasbourg du même type que celui de Europa Park ou de Disneyland [pour] clôturer les festivités ou même le jour de Noël qui permettrait de se différencier un peu des autres villes et de voir quelque chose de nouveau. »

« On est peut-être arrivé à la fin d’un cycle, concède à 20 Minutes Robert Herrmann, président de l’Eurométropole et adjoint à la sécurité. C’est la première fois que des gens remettent en cause l’existence même du marché de Noël », remarque l’élu.

En revanche, l’exécutif ne veut rien lâcher sur la sécurité (voir encadré plus bas). Tous les élus reconnaissent toutefois que la manifestation devrait se réinventer, d’une manière ou d’une autre

Une sécurité indispensable 

« S’en passer est inenvisageable ». Même réponse de la part d’Alain Fontanel, premier adjoint et  lors de la séance lundi. « La définition d’une doctrine de sécurité relève de professionnels de sécurité et repose sur une analyse du risque, a-t-il expliqué. Et tous les professionnels insistent sur le fait que le risque est supérieur à Strasbourg ».

Ce constat s'explique selon premier adjoint par le nombre de fichés S dans la région, mais aussi par l’attraction du marché de Noël, qui occasionneraient une exigence de sécurité élevée. Pour lui, si la ville demandait de supprimer les contrôles, les autorités ne permettraient pas au marché de Noël de se tenir.