Centre ville de Strasbourg.
Centre ville de Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes

ECONOMIE

Strasbourg :  Contre les grandes enseignes, la mairie veut favoriser le commerce et l'artisanat local en centre-ville

Le texte, soumis au vote le 16 décembre prochain, vise à donner à la ville un droit de regard sur les changements de propriété dans le centre-ville et ses abords

  • La ville souhaite bénéficier d’un droit de regard sur les changements d’enseignes dans le centre-ville de Strasbourg afin de protéger le commerce local.
  • L’objectif n’est pas de faire la guerre aux grandes enseignes mais « d’empêcher qu’elles se dupliquent à l’infini ».
  • Le conseil municipal se prononcera sur ce projet lundi 16 décembre.

« L’affaire du Rocher du Sapin » a fait l’effet d’un déclic. La fermeture de la célèbre enseigne de la rue du Noyer, remplacée en 2018 par un fast-food, a pour le moins surpris à Strasbourg. Aux plus hauts étages de la ville, l’impuissance était de mise. Alors pour protéger son centre historique, la capitale alsacienne souhaite se doter d'« un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat ».

S’il est voté au conseil municipal du 16 décembre prochain, le texte disposera la ville d’un droit de regard, dit de préemption, sur les changements d’enseignes : fonds de commerce, fonds artisanaux, baux commerciaux et terrains du centre-ville. Le périmètre de sauvegarde engloberait la Grande-Ile, le quartier de la gare et des Halles ainsi qu’une partie de la Krutenau.

« Un ultime recours »

« On a peut-être un peu tardé, mais on veut maintenir l’attractivité commerciale du cœur de la ville » et en « préserver la diversité ». Voilà les mots-clés de ce projet pour Roland Ries et Paul Meyer, son adjoint en charge du commerce. « L’idée n’est pas de chasser les grandes chaînes » pour autant, mais simplement « d’empêcher qu’elles se dupliquent à l’infini ».

Si ce droit de préemption entre en vigueur, il sera obligatoire pour chaque commerçant du périmètre établi de prévenir la ville de toute volonté de changement de propriété. « Nous entamerons alors un dialogue de manière à arriver à un compromis raisonnable, a assuré le maire. Le droit de préemption se veut dissuasif, c’est un ultime recours. » « Nous débattrons au cas par cas », complète Paul Meyer.

Préserver le visage du centre-ville

Concerté sur ce projet, Pierre Bardet, directeur des Vitrines de Strasbourg, se félicite de cette initiative : « Ce périmètre contribuerait à protéger le centre-ville, à éviter qu’il ne soit défiguré. Il y a une dizaine d’années, on parlait de l’éventualité d’un McDonald’s sur le parvis de la cathédrale. Ça a choqué beaucoup de gens. »

Entre deux conseils à une cliente, Leyla Dietrich s’avoue elle aussi satisfaite. « Il y a des endroits tellement jolis à Strasbourg qu’il faut que la mairie les préempte », souligne la commerçante au milieu de ses chapeaux multicolores.

Une mesure insuffisante ?

Le commerce dans le centre-ville de Strasbourg « reste dynamique mais fragile », constate Roland Ries. Il fait notamment face « aux clics de souris ». Pierre Bardet craint que l’établissement du périmètre de sauvegarde ne suffise pas à lutter efficacement contre l’ e-commerce.

Paul Meyer pointe pour sa part une autre chimère : les « zones artificielles » comme celle de Vendenheim. L’adjoint préconise d’y opposer « des commerces uniques, une offre culturelle, un patrimoine vieux de 2.000 ans, un lien humain en centre-ville. » « Pour cela, il faut aider les indépendants sur le plan financier avec des prêts à taux zéro ou en plafonnant les prix », rétorque Leyla Dietrich.

Des villes comme Lyon, Rennes ou Toulouse expérimentent un périmètre de sauvegarde en centre-ville depuis plusieurs mois. Mais aucun bilan d’expérience n’a pour l’heure été tiré.