« Ça » alors, il se déguise en clown et se hisse en finale de la Coupe de France de cosplay

DÉCALÉ Le Strasbourgeois Haytham Mathern s’est qualifié pour la finale de la Coupe de France de cosplay en répliquant à l’identique l'apparence du clown du film « Ça » 

Florian Bouhot

— 

Haytham Mathern déguisé en Pennywise, le clown du film « Ça ».
Haytham Mathern déguisé en Pennywise, le clown du film « Ça ». — Kuona Photo - Rémi J.
  • Âgé de 23 ans, Haytham Mathern est passionné de cosplay, ce loisir qui consiste à jouer le rôle de personnages de films ou de jeux vidéo en imitant leurs costumes.
  • Le Strasbourgeois s’est hissé en finale de la Coupe de France de cosplay. Déguisé en Pennywise, le clown du film Ça, il a su attirer l’œil des jurés.
  • Après avoir quitté la faculté de biologie, il entend « gagner sa vie » avec le cosplay.

Il est tombé dans la marmite quand il avait 15 ans, un petit peu par hasard, grâce à une cousine et la télé. Depuis, ce qui n’était qu’une passion s’est mué en vocation. Le Strasbourgeois Haytham Mathern a désormais 23 ans et il s’épanouit à incarner les personnages de films ou de jeux vidéo qui le fascinent. Et ça plaît : il vient d’être sélectionné pour la finale de la Coupe de France de cosplay, qui se déroulera à Toulouse l’an prochain.

Enfin, ça plaît… ce n’était pas vraiment du goût de sa mère au début. Surtout quand son fils, auréolé d’un bac S avec mention et engagé dans une licence de biologie, a choisi d’entamer une formation plus en adéquation avec le cosplay : tailleur, costumerie et désormais maquillage-effets spéciaux. « Elle trouvait ça débile, que ça faisait carnaval, que c’était une perte de temps et d’argent… », rembobine celui qui se présente sous le pseudo « Ruruissime ».

Des centaines d’heures de couture

Car à la louche, la confection du costume qui lui a permis de se hisser en finale lui a coûté 150 heures de temps libre. De même pour la perruque et la prothèse. De quoi lui garantir une reproduction 100 % artisanale de l’accoutrement de Pennywise, « le clown mangeur d’enfants » tiré du filmÇa. « J’ai fait deux nuits blanches la dernière semaine pour être fin prêt pour le jour de la sélection, narre-t-il. Mais les gens qui crient quand ils te voient, qui veulent prendre des photos, c’est une récompense ». Et sinon, niveau budget ? « Facile 300 à 400 euros, sans compter le décor et les accessoires. Pas rien pour un étudiant. L’intéressé en rit : « Oui, ça fait longtemps que je ne suis pas parti en vacances ».

Une fois le costume enfilé et le maquillage appliqué, encore faut-il assurer sa prestation d’une minute trente devant le jury. « Les deux sont aussi importants l’un que l’autre, souligne le cosplayer. En compétition, on est à la fois la petite main et en même temps l’acteur ». Et pour la finale, il devra recréer un nouveau personnage. Son choix n’est pas arrêté mais Haytham pourrait se tourner vers Thorin, un personnage du roman de J. R. R. Tolkien Le Hobbit. « Il faut rechercher la difficulté. Si je fais quelque chose de facile, ça ne passera pas ».

« Dans la vraie vie, je m’habille normalement »

Ne vous y méprenez pas, le reste du temps, Haytham « s’habille normalement ». Dans la vraie vie, il n’est donc pas un « clown mangeur d’enfants ». Mais quand arrive Halloween ou un carnaval, il joue évidemment le jeu avec ses amis. Une bonne frange d’entre eux est issue de la communauté des cosplayers, avec qui il « partage un même univers ».

A terme, le Strasbourgeois espère pouvoir « gagner sa vie » avec le cosplay. En prenant des commandes, en fabriquant des costumes, des accessoires, il ne sait pas trop encore. Une victoire en Coupe de France l’an prochain pourrait lui servir de tremplin.