Strasbourg : Un nouveau séisme de magnitude 2,6 a touché l’agglomération, le site de géothermie de Vendenheim attend le résultat des analyses en cours

TREMBLEMENT DE TERRE Un nouveau séisme a été ressenti par la population strasbourgeoise dans la nuit de mercredi à jeudi, le site de géothermie à Vendenheim-Reichstett (Bas-Rhin) doit attendre le résultat des expertises en cours avant de pouvoir reprendre les tests d'injection des puits, programmés fin 2019

Gilles Varela

— 

Le site de géothermie opéré par Fonroche à Vendenheim-Reichstett le 13 novembre 2019.
Le site de géothermie opéré par Fonroche à Vendenheim-Reichstett le 13 novembre 2019. — G. Varela / 20 Minutes

La terre a encore tremblé ce mercredi soir, peu avant minuit. Nombreux sont les habitants de l’agglomération strasbourgeoise à avoir ressenti une secousse vers 23h40. Et ce n’était pas un mauvais rêve… Il est évalué, selon le Réseau national de surveillance sismique (RéNass), à une magnitude de 2,6 sur l’échelle de Richter. Selon le RéNass, comme pour le tremblement précédent du 12 novembre (3,1), il s’agit d’un « événement induit », ce qui implique que cela pourrait être le résultat d’une activité humaine. Aussi, tous les regards se tournent sur la géothermie profonde, et notamment sur le site de Vendenheim-Reichstett opéré par Fonroche et situé à 5 km à peine de l’épicentre des deux secousses, localisé dans le secteur de Schiltigheim-Robertsau.

Analyses en cours

Dès mercredi, la société Fonroche excluait tout lien entre l’exploitation du site, d’ailleurs à l’arrêt depuis le 8 novembre, et le séisme. Les données recueillies sont en cours d’analyse. Jean-Philippe Soulé, directeur général de Fonroche Géothermie, expliquait que les activités de Vendenheim-Reichstett sont suspendues mais que de toute façon « rien n’était prévu au programme du chantier » et qu’ils « n’ont pas eu de consignes en ce sens de la préfecture ». Information rééditée jeudi matin puis confirmée dans un communiqué en fin de matinée, dans lequel il rappelle que les opérations de stimulation des puits de géothermie du site sont bien à l’arrêt depuis le 8 novembre, « conformément à la programmation normale des opérations en cours ». Fonroche précise également que « la reprise d’activité de stimulation du puits est prévue fin 2019. » Aussi, précise Fonroche, « toutes les autres opérations sur site sont maintenues et peuvent se poursuivre, en parfait accord avec les autorités ». La société ne manque pas de souligner une nouvelle fois « qu’aucun lien n’est établi entre les épisodes sismiques ressentis dans la région de Strasbourg ces derniers jours » et nos activités de géothermie.

De son côté, la préfecture précise que depuis un arrêté de 2016, une activité sismique au-dessus de 2 sur l’échelle de Richter prévoit l’arrêt des activités de géothermie. Tout en soulignant dans la foulée que « cela ne devrait pas impacter les activités du site de Vendenheim-Reichstett puisque celui-ci, déjà à l’arrêt, n’a pas programmé d’acte d’injection avant la fin de l’année. » La préfecture, qui se veut rassurante, précise également qu’une première réunion entre les opérateurs de géothermie (Fonroche et ES Strasbourg), le RéNass et la Dreal s’est tenue le 13 novembre. Réunion au cours de laquelle il a été relevé « qu’à ce stade d’analyse, aucune origine du séisme (naturelle ou induite) ne peut être avancée. » Une deuxième réunion de travail est d’ailleurs prévue dès la semaine prochaine.

Quoi qu’il en soit, Fonroche devra donc attendre l’autorisation de la préfecture après analyse de l’évènement par un comité d’expert avant de reprendre ses activités de stimulation des puits.