Strasbourg : Une consultation citoyenne peut-elle sortir le zoo de l'Orangerie de l'impasse ?

PARC La ville de Strasbourg compte lancer une consultation citoyenne sur l'avenir du zoo de l'Orangerie à Strasbourg

Nils Wilcke

— 

Le zoo de l'Orangerie. Strasbourg le 19 mars 2017.
Le zoo de l'Orangerie. Strasbourg le 19 mars 2017. — G. Varela / 20 Minutes
  • La ville de Strasbourg compte lancer une consultation citoyenne sur l'avenir du zoo de l'Orangerie à Strasbourg. 
  • Le questionnaire, comportant neuf questions, présente trois projets différents portés par les associations de protection des animaux et l’association des Amis du zoo de l’Orangerie, en conflit sur l'avenir du parc depuis des années. 
  • Ce questionnaire, que « 20 Minutes » a pu consulter en avant-première, devrait être mis en ligne sur le site de la ville de Strasbourg et dans les médiathèques du réseau pendant cinq semaines. 

La situation du zoo de l’Orangerie à  Strasbourg va-t-elle enfin bouger ? Ce dossier à multiples rebondissements empoisonne les relations entre la municipalité, les associations de protection des animaux et l’association des Amis du zoo de l’Orangerie depuis plusieurs années.

Le sort de ce parc zoologique est revenu sur le devant de la scène le 13 octobre dernier lors d’un happening coup de poing des militants des associations 269 Life France et Animalise. Les membres des deux associations ont interpellé le public du parc, vêtus de costumes de bagnards et de masques de primates, en exigeant la fermeture simple et définitive du zoo.

« Le sujet est très clivant »

De fermeture, il n’en est pas encore question, même si le débat revient en conseil municipal lors du vote de la subvention versée chaque année. Mais la ville souhaiterait vivement siffler la fin de la controverse, d’autant plus à l’approche des élections municipales. La consultation pour l’avenir du parc, d'abord annoncée pour 2017puis reportée, pourrait-elle lui permettre de parvenir à ses fins ?

« Cette idée nous est venue car le sujet est très clivant et que nous avons des difficultés à dégager un consensus », explique à 20 Minutes Christel Kohler, adjointe au maire en charge de la ville en nature et la ville nourricière. C’est que le dossier traîne en longueur. La commission sur la place des animaux en ville qui discute de la situation du parc de l’Orangerie a été installée en… 2015.

Un questionnaire mis en ligne

D’où ce questionnaire qui « devrait être mis en ligne sur le site de la ville de Strasbourg et dans les médiathèques de notre réseau pendant cinq semaines », indique l’élue. Le document a été élaboré après « un temps d’échange sur le fonctionnement du zoo actuel et la rénovation de la mini-fermeentre trois associations, les amis du zoo de l’Orangerie, l’association de quartier ADIQ et Alsace Nature en collaboration avec le CNRS », précise l’adjointe. Chacune a élaboré un projet d’évolution du zoo de l’Orangerie.

Les parties prenantes étaient déjà tombées d’accord sur la nécessité de présenter des espèces locales et adaptées à la captivité. La consultation, que 20 Minutes a pu consulter en avant-première, prend la forme d’un questionnaire de neuf questions. Les citoyens doivent répondre à des questions sur le type d’animal qu’ils préfèrent voir et donner leur avis sur l’un des trois projets élaborés par les associations.

« Nous souhaitons que la consultation soit la plus large possible »

Faut-il conserver en l’état la volière des flamants roses, grues et hérons ? Quel futur pour les ibis jaunes et autres rapaces ? A chacun de faire son choix et de classer les espèces en fonction du degré de priorité des espèces concernées. La situation particulière des macaques de Tonkean, difficilement relocalisables, a été intégrée dans chaque projet. Toutefois, cette consultation citoyenne ne préjuge pas de l’avenir du parc précise l’adjointe Christel Kohler : « Nous voulons avoir l’avis des citoyens impliqués mais le projet définitif sera encore débattu et tranché ultérieurement. »

La consultation satisfait-elle les associations concernées ? « Nous voulons rester dans un concept de parc zoologique mais amélioré, indique le nouveau responsable du parc Mathieu Pichault, arrivé en avril. Le projet porté par Alsace Nature avec le CNRS diffère sensiblement de celle des Amis du zoo de l’Orangerie. « Le temps des animaux en cage est révolu, explique de son côté Stéphane Giraud, directeur d’Alsace Nature. Nous souhaitons que la consultation citoyenne soit la plus large possible ». Il reste encore du travail pour arriver à un consensus sur le sujet…

Même pas peur des animaux qui font peur!

Pour Halloween, le parc zoologique de l'Orangerie propose aux enfants et à leurs parents de vaincre leurs peurs des animaux qui font peur le 31 octobre, de 16h à 19h. Il sera possible de manipuler des serpents, des rats et des phasmes, sous l'encadrement des soigneurs. Un atelier maquillage est également prévu pour l'occasion.