Strasbourg : Manifestation pour la fermeture du centre universitaire de primatologie

ANIMAUX Près de 300 personnes ont manifesté près du centre universitaire de primatologie de Niederhausbergen, au nord de Strasbourg

G.V. avec AFP

— 

Ce graffiti désigne le centre de primatologie tout proche.
Ce graffiti désigne le centre de primatologie tout proche. — GILLES VARELA/20 MINUTES

Le centre universitaire de primatologie de l’Unistra, situé à Niederhausbergen au nord de Strasbourg, a été une nouvelle fois la cible d’associations telles que L214, 269 Life, le parti animaliste ou de la SPA. Le collectif Fight for Monkeys, organisateur de cette manifestation annuelle depuis 2015, affirme que le centre «  fournit des primates à des fins expérimentales à des laboratoires pharmaceutiques européens ». Il réclame la fermeture du centre qui réalise des études sur des singes. La manifestation a regroupé près de 300 personnes.

Créé en 1978 dans une ancienne forteresse, le centre de primatologie regroupe en moyenne 800 primates (capucins, macaques, lémuriens et ouistitis) en semi-liberté. L’organisme rappelle que ses missions « sont la recherche sur le comportement animal et les sciences cognitives, la formation, la conservation des espèces et l’accueil en retraite des singes de laboratoire ».

« Les tests sur les animaux ne sont pas pertinents pour notre santé. (…) Aucune espèce n’est un modèle pour une autre espèce, c’est une loi en biologie », a affirmé André Menache, vétérinaire et conseiller scientifique de l’association Antidote Europe opposée à l’expérimentation animale, appelant de ses vœux la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur le sujet.