Attentat à Strasbourg : Damian Myna, ce héros qui « ne veut pas bloquer sa vie »

DISTINCTION Qui est ce musicien qui reçoit la Légion d'honneur des mains d'Emmanuel Macron ce mardi ?

Thibaut Gagnepain

— 

Damian Myna (avec la guitare) et son groupe de musique, TransVersal.
Damian Myna (avec la guitare) et son groupe de musique, TransVersal. — Rosana Azevedo
  • Damian Myna reçoit ce mardi la Légion d’Honneur à la Préfecture du Bas-Rhin. C’est Emmanuel Macron qui lui remet.
  • Le président de la République va honorer une personne discrète, musicien dans le civil. Le soir de l’attentat de Strasbourg, le 11 décembre, il avait tenté de désarmer le terroriste.
  • Gravement touché ce soir-là, après avoir reçu treize coups de couteau, il remarche aujourd’hui et tourne avec son groupe de musique, TransVersal.

Damian Myna est un héros discret. « Pudique » d’après un de ses proches. Le musicien, qui reçoit ce mardi à la Préfecture du Bas-Rhin la Légion d’honneur des mains d’Emmanuel Macron, revient rarement sur l'attentat à Strasbourg. Sur cette dramatique soirée du 11 décembre 2018 où il a reçu treize coups de couteau en tentant de neutraliser le terroriste.

« Le sujet n’est pas tabou mais ce n’est pas sa préoccupation principale », confirme Paul Raoult, le manager de son groupe de TransPop, « TranSversal ». Le natif de Rouen, bientôt 30 ans, en est redevenu un membre à part entière après sa sortie de l’hôpital. Malgré des séquelles, notamment à la jambe gauche.

« Une personne avec une très forte volonté »

« Au début, ce n’était pas facile pour lui de rester cinq, dix minutes debout, reprend l’imprésario. Mais Damian a refusé le diagnostic des médecins qui avaient dit qu’il ne remarcherait pas. Cet été, il est revenu sans sa canne et marche normalement. Il fait même du vélo ! C’est une personne avec une très forte volonté, qui ne veut pas bloquer sa vie. »

La sienne rime avec la musique. A temps plein. « Elle existait avant et continue d’exister. » « TranSversal » était en concert la semaine dernière à la Maison citoyenne de Strasbourg et a déjà d’autres dates cochées à son calendrier. « C’est un groupe très joyeux, ils rient beaucoup », assure Paul Raoult, père adoptif d’un des cinq membres du groupe, Jérémy, touché lui aussi le soir des attentats.

« Il a sauvé mon fils »

C’est d’ailleurs après avoir vu Chérif Chekatt tirer sur son ami que Damian Myna s’était rué sur le terroriste. « Je lui suis encore très reconnaissant, il a sauvé mon fils », avoue le manager, impressionné par la force de caractère du grand gaillard (1,95 m). « Lui, comme Jérémy et Tom, sont allés puiser d’autres forces positives pour avancer alors qu’ils auraient pu se morfondre. Ils vont chercher le beau et profitent. Je ne dis qu’ils se sentent miraculés mais voient la vie autrement. »

Avec cette volonté de ne pas revenir en permanence sur le 11 décembre 2018. Damian Myna n’a donné qu’une interview à ce sujet, à Or Norme en mai dernier, et ne souhaite plus s’exprimer depuis. « Ce n’est pas un écorché vif mais il a encore beaucoup d’émotion en lui et il préfère la mettre dans sa musique, estime Paul Raoult. Il passe encore des moments difficiles, tout n’est pas rose. La date anniversaire de l’attentat arrive… Avec la Légion d’honneur, ça remue beaucoup de choses mais ça peut aussi faire partie du processus de guérison. »