Strasbourg : Le Secours populaire du Bas-Rhin, en difficulté financière, fait un appel aux dons

SOLIDARITE Suite à une erreur dans l’acheminement du courrier, le Secours populaire français du Bas-Rhin a des problèmes financiers et fait un appel aux dons

Gilles Varela

— 

Illustration Secours populaire français
Illustration Secours populaire français — Patrick Gely /SIPA
  • Le Secours populaire du Bas-Rhin vient en aide chaque année à plus de 7.000 personnes.
  • Une erreur lors du récent changement d’adresse de la fédération lui a fait perdre 25.000 euros de dons.
  • Un appel à la générosité du public est lancé.

Chaque année, le Secours populaire français du Bas-Rhin, fort de ses 450 bénévoles, vient en aide à plus de 7.000 personnes. Un soutien qui concerne autant l’accès à l’alimentation, au logement, qu’à la scolarité, la culture et même aux vacances des enfants démunis. Une belle machine. Oui, mais voilà, « suite à une erreur de La Poste dans son changement d’adresse, la fédération du Bas-Rhin du Secours populaire connaît des problèmes financiers », a fait savoir l’association dans un communiqué. Une campagne de dons n’est jamais arrivée à destination et la perte est estimée à 25.000 euros.

L’erreur se serait produite à l’occasion du déménagement, en janvier dernier, du siège de la Fédération, explique Camille Vega, son secrétaire général : « Nous avions lancé une campagne de dons, fléchée pour venir en aide aux enfants qui n’ont pas de vacances et la Solidarité internationale. Mais pendant deux mois, nous n’avons reçu aucun chèque, détaille-t-elle. C’est un habitué qui nous a alertés, car sa lettre lui avait été retournée et il ne comprenait pas pourquoi nous ne voulions pas de son don. C’est ainsi que l’on s’est rendu compte du problème. » Un véritable problème, en effet, car les dons des particuliers ont représenté 41 % du budget de l’association en 2018…

Un nouvel appel aux dons

« Les donateurs sont sollicités par courrier avec une enveloppe T pour le retour, c’est un contrat avec La Poste. Mais ce compte a été fermé lors du déménagement et un autre créé, qui ne correspondait plus à la campagne de dons qui avait été lancée, se désespère Camille Vega. Par conséquent, les donateurs ont vu leur chèque revenir, car le destinataire était inconnu. » Le secrétaire général explique avoir contacté à plusieurs reprises La Poste pour leur demander d’informer par courrier les 1.800 donateurs concernés. En vain. « C’était un sac de nœuds ». Mais dernièrement, La Poste a finalement contacté la Fédération et va prendre en charge 70 % du coût de l’envoi aux donateurs pour les informer.

En attendant, afin de continuer à venir en aide aux plus démunis, la Fédération lance un appel à la générosité du public, rappelant qu’un don de 50 euros permet de financer une journée de vacances pour un enfant, qu’un don de 20 euros permet de financer l’alimentation d’une semaine pour une famille de quatre personnes.