Strasbourg : Une start-up veut révolutionner l’éclairage urbain avec ses plantes bioluminescentes

INNOVATION Les co-fondateurs de la start-up Woodlight veulent révolutionner l’éclairage urbain à l’aide de plantes produisant leur propre lumière

Nils Wilcke

— 

Des plantes luminescentes pour se balader en vélo la nuit.
Des plantes luminescentes pour se balader en vélo la nuit. — Woodlight
  • Woodlight, une start-up strasbourgeoise fondée par Rose-Marie Vesin et Ghislain Auclair, veut transformer l’éclairage public avec des plantes produisant leur propre lumière.
  • Le concept, dont ils ont pu prouver la solidité et qui intéresse tout particulièrement les grands groupes tels que EDF et Vinci, vient de décrocher la bourse FrenchTech DeepTech de BpiFrance.
  • A la clef, une enveloppe de 90.000 euros et une nouvelle étape dans le développement de leur activité.

Des plantes pour éclairer les rues, les façades des logements et les parcs la nuit à Strasbourg ? C’est le pari un peu fou des fondateurs de Woodlight, Rose-Marie Vesin et Ghislain Auclair. A 31 et 32 ans, ces deux docteurs en biologie – elle est spécialisée en cancérologie, lui en génétique – ont mis au point un procédé permettant aux plantes de produire leur propre lumière. Une manière de « combiner la biologie et les propriétés de la nature pour répondre à un défi écologique », explique Ghislain Auclair.

Concrètement, il s’agit de transférer à des plantes la bioluminescence que possèdent certaines espèces d’algues, de poissons ou de lucioles. Une alternative « propre et recyclable » aux leds, lampadaires et autres sources de lumière énergivores qui alourdissent la facture énergétique des villes.

Dans ce contexte, les potentialités de Woodlight ont retenu l’attention de grands groupes tels que EDF ou Vinci qui les ont invités en mai dernier l’entreprise sur leurs stands du salon VivaTech. Car s’il est passionné de recherche, le duo entend surtout se faire une place dans le monde de l’entreprenariat. En créant des plantes lumineuses d’intérieur. « Ce serait surtout une lumière d’appoint dans le salon ou la chambre », précise Ghislain Auclair.

Une bourse de 90.000 euros

Le duo, qui a produit une preuve de son concept à l’aide de bactéries bioluminescentes fin 2018, vient de décrocher la bourse FrenchTech DeepTech de BpiFrance. Un dispositif gouvernemental mis en place récemment pour accompagner les doctorants et post-doctorants sur le chemin de la création d’entreprise. Et un coup de pouce de 90.000 euros qui permet à Woodlight d’embaucher un stagiaire et de salarier Rose-Marie Vesin.

En couple à la vie comme au travail, les deux entrepreneurs sont « tombés fous amoureux de Strasbourg » lors de leurs études dans la capitale européenne. « On a construit notre réseau sur place », raconte Ghislain Auclair. La start-up a d’ailleurs obtenu une subvention de 30.000 euros de la région Grand Est tout en étant accompagnée par l’incubateur alsacien Semia.

Par la suite, le duo veut quitter le biotech-lab d’Illkirch-Graffenstaden et poursuivre l’aventure dans leurs propres locaux pour développer leur concept de plantes bioluminescentes. Et qui sait, un jour, les verrons-nous illuminer Strasbourg ?