«L’hypercentre de Strasbourg est devenu très cher» , explique Mathieu Beyer, l'agent immobilier alsacien de l'émission de Stéphane Plaza

INTERVIEW Mathieu Beyer décrypte pour « 20 Minutes » les tendances immobilières du moment à Strasbourg

Nils Wilcke

— 

Illustration de la ville de Strasbourg, de la cathédrale, le 11 août 2014.
Illustration de la ville de Strasbourg, de la cathédrale, le 11 août 2014. — PATRICK HERTZOG / AFP
  • Mathieu Beyer, un agent immobilier implanté à Wolfisheim, participe comme expert à l’émission de Stéphane Plaza « Recherche appartement ou maison », ce soir sur M6.
  • Pour « 20 Minutes », il a accepté de donner son avis sur les tendances immobilières de la capitale alsacienne.
  • Face à la « folie » des prix qui ont gagné l’hypercentre de Strasbourg, il conseille aux acheteurs potentiels de se reporter sur la première couronne, à l’Ouest de la ville.

Il est agent immobilier depuis une quinzaine d’années dans le secteur de Strasbourg. Mathieu Beyer s’est implanté à Wolfisheim avec sa propre agence « Mathieu Beyer Immobilier », il y a six ans. Passionné par son métier, il entend bien se démarquer ce mardi soir dans l’émission de Stéphane Plaza, « Recherche appartement ou maison », sur M6. Pour 20 Minutes, il a accepté de donner son avis sur les tendances immobilières de la capitale alsacienne.

Comment avez-vous participé à l’émission ?

J’ai été contacté par la société de production il y a deux ans. Elle organisait un casting pour trouver des agents immobiliers sur Strasbourg. J’ai fait un entretien test dans un appartement témoin. Je pense que ce qui les a séduits, c’est mon côté authentique. Je ne joue pas à l’agent immobilier, je suis réellement proche du client et attentif à ses besoins. Je suis un mec normal, du terroir et ça se voit. L’émission cherche aussi des profils « experts », parce qu’il faut être capable de trouver un bien qui plairait au participant. Je fais 3-4 belles ventes par mois et je travaille dans le secteur depuis 15 ans. C’est un gage de légitimité.

Quels sont les quartiers qui montent à Strasbourg ?

Il y a dix ans, c’étaient Cronenbourg et le Neudorf qui montaient. Mais ils sont devenus très recherchés et les prix ont augmenté en conséquence. L’hypercentre de Strasbourg est devenu très cher et les quartiers aux alentours aussi, notamment avec les extensions du tram. Ce qui fonctionne bien, ce sont les biens situés dans la première couronne. Dans les secteurs de Wolfisheim, Oberhausbergen, Mittelhausbergen… Bref, à l’Ouest de Strasbourg. Ce sont des quartiers où il fait bon vivre, avec toutes les commodités et qui ne dépendent pas de l’autoroute, ce qui permet à leurs habitants d’éviter les bouchons.

Comment expliquer cette tendance ?

Le phénomène Airbnb a truqué le marché. Aujourd’hui, pour les parents d’un étudiant à Strasbourg, il est devenu très difficile de louer un studio dans le centre à cause du site. Même dans les quartiers de Cronenbourg ou de Neudorf, c’est de la folie. Les propriétaires qui veulent faire du profit passent tous en Airbnb. Ce qui n’est pas encore le cas pour la première couronne. Il faut noter aussi le développement de l’espace européen de l’entreprise qui rassemble un certain nombre d’entreprises (Groupama…) et ramène des PME.

Quel est le bien le plus recherché par les Strasbourgeois ?

Il y a une grosse demande pour les studios, F1 et F2, dans le centre. Les investisseurs intéressés ne sont pas forcément alsaciens. Les produits exceptionnels comme les maisons de maître ou les biens avec des poutres apparentes ou une vue à couper le souffle du côté du quartier de l’Orangerie ou de la Robertsau se vendent toujours très bien. Les gens qui peuvent se le permettre fonctionnent au coup de cœur. D’autres n’ont pas forcément les moyens et cherchent juste à se loger. Ils voient plutôt le côté pratique. Leur achat va privilégier l’accessibilité, les transports, les écoles etc. au détriment du glamour. J’ai des acheteurs qui calculent leurs temps de trajet pour économiser le prix de l’essence.