Malgré ses dénégations, Bodein a été condamné en première instance à la perpétuité "incompressible" pour la séquestration, le viol et le meurtre de Jeanne-Marie, le meurtre d'Hedwige Vallée, 38 ans et le viol et le meurtre de Julie Scharsch, 14 ans.
Malgré ses dénégations, Bodein a été condamné en première instance à la perpétuité "incompressible" pour la séquestration, le viol et le meurtre de Jeanne-Marie, le meurtre d'Hedwige Vallée, 38 ans et le viol et le meurtre de Julie Scharsch, 14 ans. — Frederick Florin AFP

Strasbourg

«Pierrot le fou» condamné à la perpétuité incompressible

JUSTICE – Le multirécidiviste comparaissait en appel devant les assises du Haut-Rhin…

Le multirécidiviste Pierre Bodein a été condamné ce jeudi à la perpétuité incompressible, la peine la plus sévère du code pénal, conforme au verdict de première instance.

A l'énoncé du verdict, prononcé après quatre heures de délibérations, les parties civiles avaient les larmes aux yeux. L'accusé, lui, est resté impassible, la tête enfouie dans ses mains. Il dispose à présent de cinq jours pour se pourvoir éventuellement en cassation.

Poursuivi pour trois meurtres, deux viols et deux tentatives d'enlèvement, Pierre Bodein était jugé en appel à Colmar, depuis le 9 septembre. Avant que les jurés ne se retirent pour délibérer, Pierre Bodein a déclaré être «totalement innocent et étranger» aux faits pour lesquels il comparaissait. En première instance, en juillet 2007, la cour d'assises des mineurs de Strasbourg l'avait condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de trente ans.

ADN

Surnommé «Pierrot le fou», il était soupçonné d'avoir violé et assassiné Jeanne-Marie Kegelin (10 ans) et Julie Scharsch (14 ans), ainsi que d'avoir tué Hedwige Vallée (38 ans). Leurs corps avaient été retrouvés entre juin et juillet 2004 dans la région d'Obernai, dénudés et portant d'importantes traces de violence.

Rapidement suspecté en raison de témoignages et de traces d'ADN, Pierre Bodein a toujours nié son implication. Son avocat, Renaud Bettcher, s'étonnait notamment que trois couteaux, dont deux présentaient des traces ADN de son client mêlés à celles de deux victimes, aient été retrouvés chez les deux hommes, un père et un fils, qui avaient hébergé Bodein à sa sortie de prison, en mars 2004. Fait étrange, pour le conseil de l'accusé: l'un des couteaux avait été retrouvé longtemps après les crimes par le fils, avant d'être remis aux enquêteurs.

Complot


Acculé par les avocats des parties civiles, Pierre Bodein avait changé de stratégie en se réfugiant derrière la thèse d'une machination ourdie contre lui et dans laquelle tremperaient les médias, les gendarmes, les Russes ainsi que certains de ses proches, dont il n'a pourtant jamais livré l'identité.

Aujourd'hui âgé de 60 ans, Pierre Bodein a déjà passé plus d'une trentaine d'années en prison ou en hôpital psychiatrique.


Meurtre en Allemagne
Pierre Bodein est également suspecté du meurtre d’une jeune Allemande, retrouvée atrocement mutilée en 1975. Selon les officiers allemands en charge de l’enquête, cette affaire, vieille de 33 ans, présente des similitudes troublantes avec les meurtres pour lesquels «Pierrot le fou» a été condamné à la réclusion à perpétuité, en 2007.