RC Strasbourg: Un arrêté préfectoral pour encadrer les fans de Francfort exaspère les supporters

FOOTBALL Un arrêté préfectoral demande aux supporters de l’Eintracht Francfort d’être discrets, demain aux abords de la Meinau, avant le match de barrage de Ligue Europa

Thibaut Gagnepain

— 

Les supporters de l'Eintracht Francfort dans leur stade.
Les supporters de l'Eintracht Francfort dans leur stade. — Dirk Ingo Franke / Wikimedia Commons
  • Un nouvel arrêté préfectoral a été publié avant un match du Racing contre l’Eintracht Francfort. Les supporters allemands seront très encadrés, jeudi au stade de la Meinau.
  • La préfecture du Bas-Rhin justifie cette décision avec de nombreux arguments, dont celui d’un possible contentieux entre fans des deux clubs.
  • Des supporters du Racing s’indignent de ce nouvel arrêté, dont ils sont devenus habitués.

« Fallait s’en douter ! » Ce mercredi matin, Thierry Polewiak n’a pas été surpris d’apprendre qu’un arrêté préfectoral avait été publié avant le match entre le RC Strasbourg et Francfort, jeudi à la Meinau. Le président du club des supporters Les Dragons Bleus y est habitué. « Depuis l’an dernier, ça revient tout le temps, souffle-t-il. C’est un peu du n’importe quoi. »

Cette fois encore, les fans adverses devront se faire discrets aux abords du stade de la Meinau ce jeudi. « Il est interdit, de 9 h à 24 h, à toute personne se prévalant de la qualité de supporter de l’Eintracht Francfort, ou se comportant comme tel, de circuler, stationner sur la voie publique, sur les voies et périmètres suivants », écrit la préfecture du Bas-Rhin, avant de citer les rues proches de l’enceinte.

« En clair, on leur laisse la liberté de se déplacer à Strasbourg mais ils doivent se cacher en arrivant », estime Daniel De Almeida, le président d’un autre groupe de fans alsaciens, le Kop Ciel et Blanc. Lui aussi s’attendait à pareil arrêté, qu’il a déjà expérimenté en suivant son équipe. « Comme encore dimanche à Reims. On n’avait pas le droit d’aller en ville alors je me suis rendu directement au stade. C’est dommage car il n’y avait aucun litige entre les supporters rémois et nous… »

« Tous les supporters ne sont pas méchants »

Pour ce jeudi, la préfecture se justifie à l’aide de plusieurs arguments. Comme sur la tenue « au même moment du G7 à Biarritz, et les moyens alloués en effectifs et forces de sécurité ». Elle estime aussi « qu’il existe des risques importants de tensions, de violences sur les personnes » et que « des contacts ont été établis entre supporters […] et que des rencontres sont susceptibles d’être organisées pour en découdre ».

« Oui, on est ami avec les kops de Kalsruhe et de Berlin, deux ennemis de celui de Francfort », confirme Daniel De Almeida, avant vite de préciser : « Mais ça ne veut pas dire qu’il y aura forcément des problèmes. Tous les supporters ne sont pas méchants, il faut arrêter avec ça. On est des citoyens comme les autres, on a le droit de circuler », plaide-t-il, exaspéré. Comme de nombreux internautes notamment Pierre Ménès. « Ça va durer jusqu’à quand cette farce ? », a réagi le chroniqueur de Canal+ sur Twitter.

Selon Daniel De Almeida, ces arrêtés préfectoraux auraient même des effets pervers. « Contre Haïfa [le 25 juillet], il y en avait déjà un et les supporters israéliens n’avaient pas aimé. Au match retour là-bas, des personnes de mon groupe ont été attaquées en représailles. Ça n’a pas duré longtemps mais ils ont quand même dû aller à l’hôpital », ajoute le président du club de supporters du Kop Ciel et Blanc.

Ce jeudi, une vague rouge et noir est attendue dans la capitale alsacienne. A Bordeaux en 2013, déjà pour un match de Ligue Europa, les fans de Francfort étaient environ 11.000. Au moins autant devraient faire les 217 kilomètres qui séparent la ville allemande de Strasbourg. A la Meinau, 1.000 places leur ont été réservées dans le parcage visiteur. Le seul endroit où ils pourront arborer leurs couleurs.