Strasbourg: Le classement des premières années de médecine erroné et modifié, des étudiants dans le doute

EDUCATION Une erreur de coefficient et c'est une carrière médicale qui s'envole... Des étudiants de la faculté de médecine de Strasbourg le craignent après la modification des classements

Thibaut Gagnepain

— 

Des étudiants aux concours de première année commune aux études de santé (PACES) viennent regarder leur classement à l'université de médecine de Strasbourg.
Des étudiants aux concours de première année commune aux études de santé (PACES) viennent regarder leur classement à l'université de médecine de Strasbourg. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • Le classement des candidats aux concours de première année commune aux études de santé (PACES) a dû être modifié dans la faculté de médecine de Strasbourg mardi soir.
  • La faute à un mauvais calcul dans une des matières, les sciences humaines et sociales.
  • Combien d'étudiants vont voir leur orientation être bouleversée ? Difficile à dire mais tout ceux qui étaient tout juste dans ou hors du numerus clausus risquent d'être touchés. Dans chaque spécialité.

« J’avais dit à toute ma famille que j’allais être dentiste. Maintenant, je ne suis même plus sûre d’être prise. » Devant un amphithéâtre de l’université de Strasbourg, Marie est encore en plein « ascenseur émotionnel ». L' étudiante est passée par tous les stades depuis mardi soir. Depuis que le classement des candidats aux concours de première année commune aux études de santé (PACES) a dû être modifié dans la faculté de médecine strasbourgeoise. La faute à un mauvais calcul dans une des matières, les sciences humaines et sociales.

« Il y avait une inversion de coefficient entre la question rédactionnelle et les QCM. La première a un coefficient de 13, la deuxième 7 », détaille Samuel Bitsch, le responsable administratif adjoint de la faculté de médecine de Strasbourg. C’est un étudiant qui a relevé l’erreur lundi, après la relecture de ses copies. « Il s’est étonné de sa note et nous a demandé d’investiguer, explique son adjointe, Cléophé De Turckheim. Nous avons dû en référer au doyen. » Avant donc d’officialiser la bourde et d’envoyer un mail d’excuse aux 1.107 participants au concours, pour les 527 places prévues par le numerus clausus.

« Sincères excuses »

Samuel Bitsch y présente les « plus sincères excuses » de la faculté. Et prévient qu’il « est fort probable que cette situation aboutisse à des situations plus défavorables. Nous avons pleinement conscience de l’impact personnel que cela provoquera pour certains d’entre vous. »

Qui sera concerné ? Difficile aujourd’hui de le dire précisément puisque cette inversion de coefficient va entraîner un petit bouleversement dans les classements par spécialités. Grâce à une meilleure note en sciences humaines et sociales, Marie est par exemple passée de la 138e place en dentaire à la 132e. « Avec les vœux de tous ceux qui étaient devant moi dans le premier classement, 140 devaient être retenus donc j’étais prise, explique la jeune fille originaire de Guebwiller. Mais vu que le classement a changé, je ne sais pas combien ils en prendront finalement. »

« Il y aura très peu de chamboulements »

En clair, si une dizaine d’étudiants qui avait demandé la filière dentaire lui est désormais passée devant, Marie pourrait devoir se réorienter… A chaque spécialité, tous ceux qui étaient tout juste autour du couperet du numerus clausus risquent d’être touchés. Positivement ou négativement. « Nous ne pensons pas que ça change beaucoup les notes, il y aura très peu de chamboulements », assure Samuel Bitsch.

La faculté de médecine de Strasbourg.
La faculté de médecine de Strasbourg. - T. Gagnepain

Le responsable administratif adjoint de la faculté de médecine de Strasbourg en est conscient : il devrait quand même y avoir des grands déçus, « jeudi soir ou vendredi matin », à la publication des nouveaux classements. Mais il prévient d’ores et déjà : « Il n’y aura pas de recours possible car c’est un problème technique qui est à l’origine de tout ça. Pas un problème de fond qui a mis les étudiants face à une iniquité. » « C’est aussi pour ça que les classements sont toujours affichés avec la mention sous réserve », ajoute son adjointe.

« J’ai encore de l’espoir, c’est pour ça que je ne suis pas en pleurs », conclut Marie.