Strasbourg: Entre grève et pétition citoyenne, les Atsem mettent la pression sur le conseil municipal

EDUCATION Parents d'élèves et syndicats s’invitent dans le débat du conseil municipal de Strasbourg qui se tient ce lundi

Gilles Varela

— 

Les Atsem devant le bâtiment administratif de la ville où se tient le Conseil municipal. Le 24 juin 2019.
Les Atsem devant le bâtiment administratif de la ville où se tient le Conseil municipal. Le 24 juin 2019. — G. Varela / 20 Minutes
  • Les Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) sont en grève ce lundi, pas de cantine dans les maternelles.
  • Partagée par les parents, une pétition citoyenne en ligne, qui a récolté plus de 3.100 signatures sur les 2.800 requises, va être discutée en conseil municipal.
  • Le Collectif des parents de Strasbourg qui portent cette pétition demande dans un premier temps 60 Atsem pour la prochaine rentrée.

Grosse journée pour les Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem). Ils vont, lors du conseil municipal de Strasbourg, voir leurs doléances présentées via une pétition citoyenne en ligne portée par le Collectif des parents de Strasbourg. Une première. Soutenus par l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGT, FA-FPT, FO-SED CT-Unsa, les Atsem dénoncent la multiplication des tâches, la pressions et le sous-effectif. Preuve en est : avec 0,69 Atsem par classe, Strasbourg connaît l’un des plus faibles taux d’encadrements de France, rapporte le Labo citoyen Strasbourg qui a accompagné le collectif de parents. 

Les Atsem réclament ainsi des embauches pour la prochaine rentrée. Premier objectif, qu’ils jugent réaliste, 60 Atsem. Plus précisément 45 dans les écoles et 15 « volants » pour les remplacements, alors qu’il en faudrait au moins, selon l’estimation du collectif, plus du double à temps plein. A terme, avec un plan pluriannuel, le collectif souhaite atteindre un Atsem par classe.

Les Atsem espèrent « un déclic »

Si les revendications des Atsem ne sont pas nouvelles, ce qui change aujourd’hui, c’est l’appui des parents « car ce sont des personnes qui votent en cette période de « pré-élection municipale », sourit Delphine, Atsem et déléguée CGT. Et avec la pétition citoyenne qui a récolté plus de 3.100 signatures sur les 2.800 requises pour être débattue en conseil municipal, les Atsem espèrent enfin voir la situation évoluer.

« J’espère un déclic, les choses changent car jusqu’à maintenant c’était surtout les syndicats et les professionnels qui se mobilisaient », assure Sophie, une mère de famille membre du collectif. Avec toutes ces signatures, on va voir si les élus vont se décider », ajoute la jeune femme présente au rassemblement prévu devant le bâtiment administratif de la Ville alors que se tient le conseil municipal.

La pression est forte sur l’exécutif

Pas vraiment convaincues mais « heureuses de se sentir soutenues », Marie et Anne, deux Atsem venues au rassemblement, fondent cependant beaucoup d’espoir sur cette pétition et sur le conseil municipal. « On ne peut pas continuer à courir d’une classe à l’autre, être sollicitées tout le temps, explique les deux Atsem qui ont de longues années d’expérience. On parle du bien-être de l’enfant mais dans ces conditions, on ne peut pas l’assurer ».

Avec les Atsem en grève ce lundi, les cantines de la ville n’ont pas pu accueillir les maternelles. La pression est donc forte sur l’exécutif strasbourgeois. C’est aujourd’hui au maire de Strasbourg de décider de la suite à donner au mouvement et à la pétition. Avec une proposition soumise au vote ? Certains parents du collectif n’osent y croire…