Strasbourg: Un nouveau collectif pour rendre les transports communs gratuits

TRANSPORTS Un nouveau collectif veut relancer le débat sur la gratuité des transports à Strasbourg avant les municipales

Nils Wilcke

— 

La nouvelle ligne de bus de la CTS, la  L6. Strasbourg le 27  08 2018.
La nouvelle ligne de bus de la CTS, la L6. Strasbourg le 27 08 2018. — G. Varela / 20 Minutes
  • Un nouveau collectif veut « faire avancer le débat » sur la gratuité des transports à Strasbourg avant les municipales.
  • Les membres de ce collectif réclament une étude de faisabilité conduite par un cabinet indépendant sur le sujet.
  • L’Eurométropole leur refuse cette étude mais a accepté la création d’un groupe de travail qui doit rendre ses conclusions cet été.

Strasbourg va-t-elle prendre le virage de la gratuité des transports ? C’est l’ambition d’un nouveau collectif qui vient de voir le jour en lançant une pétition à ce sujet.

Le collectif, appuyé par 25 signataires, dont des élus de l’agglomération strasbourgeoise, des enseignants, des personnalités du monde de la culture et des travailleurs sociaux, veut « faire avancer le débat », comme l’explique à 20 Minutes Antoine Splet, élu communiste à l’Eurométropole, à l'exemple de la ville de Dunkerque, passée à la gratuité l’année dernière ou de l’agglomération de Calais, l'agglomération de Calais qui va lui emboîter le pas en 2020.

Une étude de faisabilité réclamée

Avec une demande pressante à l’intention de la majorité en place : une étude de faisabilité conduite par un cabinet indépendant. Une demande rejetée pour l’instant par le président de l’Eurométropole Robert Herrmann. « Une étude de ce genre a coûté 50.000 euros à Clermont, ce n’est rien par rapport à un budget de 1,3 milliard d’euros », déplore Antoine Splet.

Pour le moment, leur projet semble mal parti. Le maire de Strasbourg, Roland Ries a redit à plusieurs reprises son opposition à la gratuité des transports. Même son de cloche au niveau de l’Eurométropole, du côté du président Robert Herrmann, lors de l'annonce de la hausse des tarifs de la CTS le 30 mai dernier.

Même si ce dernier a tout de même accepté la mise en place d’un « groupe de travail » avec des élus de toutes les sensibilités politiques. Ce groupe de travail s’est réuni moins d’une dizaine de fois pour auditionner des acteurs associatifs et des experts. Il doit rendre ses conclusions cet été.

Faire payer les usagers

Pourquoi une telle opposition à la gratuité des transports ? Pour la majorité en place, une telle mesure nécessiterait une hausse de la fiscalité. L’Eurométropole assume de faire payer l’entretien des lignes et les investissements pour les projets d'extension du tram aux usagers, d’où les hausses régulières des tarifs ces dernières années.

Une « vision obsolète, pour l’élu Antoine Splet. Chacun contribue déjà à hauteur de ses moyens via l’impôt. L’Eurométropole finance aussi des projets d’excellence qui ne bénéficient pas à la majorité des Strasbourgeois », précise-t-il. « Les collectivités dépensent 100 millions d'euros pour retaper le stade de la Meinau, alors que je n’y vais jamais. Mais je ne demande pas aux usagers de payer », s’indigne un membre du collectif, Mustapha El-Hamdani.

En attendant, le collectif prévoit d’y aller étape par étape. Et propose pour commencer la gratuité les week-ends ou pour les plus jeunes, comme à Paris où elle sera mise en place pour les moins de 11 ans dès la rentrée 2019.