VIDEO. Strasbourg: Fréquentation, fraude, insécurité... Cinq informations à connaître sur le tram

TRANSPORT Incontournable à Strasbourg, le succès du tram ne se dément pas. Ce mode de transport est-il victime de son succès? 

Nils Wilcke

— 

Strasbourg: Des lignes de tram et de bus coupées le temps de travaux (Illustration)
Strasbourg: Des lignes de tram et de bus coupées le temps de travaux (Illustration) — G. VARELA / 20 MINUTES
  • Depuis sa mise en service en 1994, le tram a pris sa place dans le paysage de Strasbourg, au point de devenir un élément incontournable de la ville. 
  • Le succès du tram ne se dément pas: la CTS a enregistré 72,3 millions de trajets à bord du tram l'année dernière. 
  • Engorgement, insécurité... Le tram est-victime de son succès? «20 Minutes» fait le point.

Depuis sa mise en service en 1994, le tram a pris sa place dans le paysage de Strasbourg. Au point de devenir un atout incontournable. La capitale européenne dispose aujourd’hui encore du premier réseau de France. Mais le succès du tram a aussi son revers de la médaille. Fréquentation, insécurité… Voici cinq informations que vous ne connaissez (peut-être) pas sur le tram strasbourgeois.

Une fréquentation en hausse

En plus d’être un atout pour l’image de Strasbourg, la ville a été distinguée le 12 mai comme la ville la plus attractive de France grâce notamment à ses mobilités douces, le succès du tram ne se dément pas. En 2018, la Compagnie de transports strasbourgeois (CTS) a enregistré 72,3 millions de trajets à bord du tram.

Dans la foulée, la fréquentation a encore progressé de 4,2 % par rapport à l’année 2017. En moyenne, près de 460.000 trajets sont effectués tous les jours à bord des transports en commun, indique la compagnie de transport à l’occasion de son bilan d’activité rendu public le 7 juin.

Un tram bondé aux heures de pointe

Le tram de Strasbourg est-il victime de son succès ? Si vous étudiez à l’université ou si vous vous rendez au travail grâce au tram, vous devez vous sentir à l’étroit, serré contre les autres passagers, lors des heures de pointe. Si en plus vous passez par la place de l’Homme de fer, la saturation du trafic peut rendre votre trajet carrément inconfortable. A tel point que ce croisement a acquis le surnom de « nœud de l’Homme de fer ». Consciente de cette situation, la CTS tente d’inverser la tendance.

« C’est le revers de la médaille, reconnaît auprès de 20 Minutes Alain Fontanel, adjoint au maire de Strasbourg et président du conseil d’administration de la compagnie. En moyenne, il y passe un tram toutes les 25 secondes. Et comme quatre rames se croisent sur cette place, il est impossible d’en rajouter ». Pour désengorger le trafic, la CTS réfléchit à un contournement de la place de l’Homme de Fer et à une extension de la ligne G de bus vers la place de l'Etoile. « Nous allons aussi travailler en profondeur sur les horaires avec les grands employeurs pour essayer de décaler les heures de travail », ajoute Alain Fontanel.

La sécurité renforcée

Face à l’augmentation importante des agressions, des incivilités et des rixes sur le réseau, dénoncées par les syndicats du réseau de la CTS en mai, la compagnie de transport strasbourgeoise a annoncé de nouvelles mesures. Entre autres un doublement des contrôles à bord des rames et l’utilisation de caméras piétons pour les agents de contrôle, qui sont les plus touchés par les agressions. Par ailleurs, « la collaboration a été renforcée entre la police nationale, la police allemande de Kehl et notre police municipale », assure l’adjoint Alain Fontanel.

Des contrôles anti-fraude en civil

« Contrôle des titres de transport ! ». Pour les habitués du tram, cette phrase lancée par les agents de la CTS est monnaie courante. Sauf que les contrôleurs ne sont plus si aisément repérables qu’auparavant. Depuis que les agents effectuent leur ronde en civil. Une mesure mise en place pour intensifier la lutte contre la fraude qui fait les affaires de la CTS mais pas des fraudeurs. La compagnie assure ainsi que « le contrôle en civil émet deux fois plus de verbalisations qu’un contrôle en tenue ».

Une histoire franco-allemande

Depuis l’ouverture de la ligne Strasbourg-Kehl en avril 2017, le tram repasse en Allemagne. Mais c’est loin d’être une première. En effet, une ligne de tram avait déjà été mise en service jusqu’en 1944 au gré de conflits. Avec la deuxième guerre mondiale, le tram devient même le seul moyen de transport public en circulation. Ce n’est que l’une des nombreuses anecdotes sur le tram. Il y en a bien d’autres, qui n'attendent que vous pour êtres découvertes.