Sarkozy veut le Parlement à Strasbourg

P. W. - ©2008 20 minutes

— 

Malgré la pression des partisans de Bruxelles, la France n'est pas prête à lâcher la capitale alsacienne. Reçu lundi après-midi à l'Elysée pour une réunion de travail des Jeunes populaires, Jean-Philippe Vetter a interpellé le chef de l'Etat sur l'avenir du Parlement européen. « Nicolas Sarkozy a rappelé qu'il existe des traités légitimant sa place à Strasbourg », a confié hier à 20 Minutes le responsable de la zone Est de la structure jeunesse de l'UMP. De ce fait, pour que le siège du Parlement quitte la ville, il faudrait que les Etats membres de l'Europe votent en ce sens et surtout qu'il donne sa voix. « Et ça, aurait alors martelé Nicolas Sarkozy, ils ne l'auront jamais », rapporte-t-il. Toujours selon Jean-Philippe Vetter, le président de la République a également précisé que « s'il avait lancé la deuxième phase de réalisation du TGV-Est, c'était justement pour assoir le statut de capitale européenne de Strasbourg ». Dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne, Nicolas Sarkozy devrait réaffirmer sa position en Alsace le 21 octobre devant les eurodéputés.