Strasbourg: Horaires élargis et piscines rénovées pour que tous les enfants sachent nager

SPORT L’Eurométropole de Strasbourg entend aider à l’améliorer de l’apprentissage de la natation des écoliers

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: l'agglomération souhaite améliorer l'apprentissage de la natation pour les élèves de primaire. (Archives)
Strasbourg: l'agglomération souhaite améliorer l'apprentissage de la natation pour les élèves de primaire. (Archives) — B. Poussard / 20 Minutes
  • La rénovation des piscines de l’agglomération strasbourgeoise a permis l’augmentation de l’offre en surface (+27 %) et donc l’élargissement des horaires d’ouverture des établissements.
  • L’optimisation des nouveaux équipements offrira plus de séances dédiées à l’apprentissage de la natation. Chose indispensable selon Jean-Jacques Vernerey, directeur des sports à Strasbourg : « En dessous de 40 séances, on ne peut pas dire que les enfants sont tous à l’aise avec le milieu nautique. »
  • Le but est qu’à l’issue du CM2, 100 % des élèves valident le pallier 1 du « savoir nager ».

Les travaux dans les piscines, c’est fait. Ou quasiment : six piscines sur huit du Plan piscine de l'Eurométropole de Strasbourg 2012-2020 ont été rénovées. La dernière en date a été celle de Hautepierre, reste désormais à réaliser celles de La Robertsau et d’Illkirch-Graffenstaden.

Les nouveaux équipements ont permis l’augmentation de l’offre en surface (+27 %) et donc l’élargissement des horaires d’ouverture, notamment en matinée, en soirée et le dimanche après-midi. Soit près de 40 % d’heures supplémentaires d’ouverture, chiffre l’agglomération. Actuellement, 1,4 million d’usagers entrent dans les piscines de l’Eurométropole.

Des séances supplémentaires pour les scolaires

Parmi eux, les scolaires. Ils sont l’un des publics prioritaires visés par la collectivité dans le cadre de sa politique aquatique, qui cherche à favoriser le « savoir nager » pour tous. Claude Froehly, vice-président de l’Eurométropole en charge des sports, explique : « On a fait le constat qu’à la fin du cycle scolaire, les enfants des écoles élémentaires ne savaient pas tous nager. Notre objectif est que chaque enfant maîtrise le mieux possible et que ceux en difficulté bénéficient d’un cycle de plus ». L’optimisation des nouveaux équipements nautiques permettra d’offrir plus de séances dédiées à l’apprentissage de la natation. Chose indispensable selon Jean-Jacques Vernerey, directeur des sports à Strasbourg : « Dans l’Eurométropole, les écoliers ont 24 séances à l’école. Or, en dessous de 40 séances, on ne peut pas dire que les enfants sont tous à l’aise avec le milieu nautique ».

Le but est qu’à l’issue du CM2, 100 % des élèves valident le pallier 1 du «savoir nager» (soit se déplacer sur une quinzaine de mètres, s'immerger et se laisser flotter). Pour ce faire, la collectivité va, évidemment, travailler en collaboration avec l’Education nationale, mais aussi avec les associations et le milieu sportif pour être au plus près des enfants rencontrant des difficultés. « Dans l’apprentissage de la natation, il y a aussi une phase “vaincre sa peur” et c’est souvent dans la sphère privée, avec les parents, que ça se fait. Mais selon le milieu social, tout le monde ne va pas à la piscine ou à la plage », explique encore Jean-Jacques Vernerey.