Strasbourg: La start-up Toktokdoc lève deux millions d'euros pour faire décoller la télémédecine

SANTE Après avoir proposé ses services aux Ehpad, la start-up strasbourgeoise veut étendre son offre à l’ensemble du secteur médico-social

Nils Wilcke

— 

Plus de 150 établissements sont déjà équipés en France par TokTokDoc.
Plus de 150 établissements sont déjà équipés en France par TokTokDoc. — Pixabay
  • TokTokDoc, une start-up strasbourgeoise spécialisée dans la télémédecine vient d'annoncer une levée de fonds de deux millions d'euros. 
  • Après les Ehpad, la société veut étendre son offre à l’ensemble du secteur médico-social. 
  • Son implantation à Strasbourg s'explique par la position privilégiée de la ville mais aussi par ses débouchés dans le secteur. 

Avec de moins en moins de médecins et une population vieillissante, les perspectives de la télémédecine aiguisent les appétits de l’industrie socio-médicale. Surtout depuis l’automne dernier, quand l’Assurance-maladie et les syndicats représentant les médecins libéraux ont signé un accord autorisant le remboursement des consultations numériques.

La start-up strasbourgeoise TokTokDoc, qui a lancé une plateforme de télémédecine dédiée aux pensionnaires des Ehpad [Établissements pour personnes âgées] en 2017, a flairé le filon. Elle vient d’annoncer une levée de fonds de deux millions d’euros. Le tour de table a été réalisé auprès d’Arkéa via son fonds d’innovation sociétale « We Positive Invest ». Objectif? TokTokDoc veut étendre son offre à l’ensemble du secteur médico-social (personnes âgées et en situation de handicap), aux structures sanitaires (établissements de santé et soins de rééducation) et l’ambulatoire (services infirmiers à domicile). Un marché qui englobe plus de 30.000 structures et représenterait plus de 2 millions de patients.

Strasbourg, une évidence

La téléconsultation se fait à l’aide d’une tablette tactile et d’un stéthoscope connecté, le patient communiquant avec le médecin par vidéo. Un soignant est présent avec le patient pendant toute la durée de l’échange. A la fin de la consultation, le praticien a même la possibilité de rédiger une ordonnance…

La téléconsultation ne risque-t-elle pas de déshumaniser les relations médecin-patients ? Le discours de la start-up est bien rodé : « On ne remplace pas le médecin, on vient en complément pour mettre en relation les praticiens et les soignants, explique Dan Grünstein. Il a lancé TokTokDoc en 2017 avec son associé, le docteur Laurent Schmoll, médecin ORL à Strasbourg.

L’implantation à Strasbourg est une évidence pour les deux patrons de la société. Outre sa position de « ville-carrefour », Dan Grünstein met aussi en avant « l’écosystème politico-économique de la région qui permet aux start-up de s’installer dans des conditions optimales » ainsi que les « grands noms de l’industrie médicale » qui se sont implantés là. Après l’Ircad – référence mondiale dans la chirurgie mini-invasive –, le biocluster des Haras, l’hôtel d’entreprises PH8 ou encore l’Institut de chirurgie guidée par l’image, l'installation d'un technoparc est prévu sur le campus NextMed en 2022.

Sans avoir été incubé à Strasbourg, TokTokDoc a bénéficié de subventions de la BPI (banque publique d’investissements) et de la Région, autour de 200.000 euros. Pour réussir son entrée dans la cour des grands, l’entreprise a aussi prévu de doubler ses effectifs pour atteindre les 40 collaborateurs d’ici à un an.