VIDEO. Strasbourg: Cinq secrets sur la cathédrale que vous ne connaissez (peut-être) pas

MYSTERE Passage en revue des meilleures anecdotes de la cathédrale de Strasbourg pour briller en société 

Nils Wilcke

— 

Strasbourg le 27 octobre 2016. Test du nouvel éclairage de la cathédrale de Strasbourg.
Strasbourg le 27 octobre 2016. Test du nouvel éclairage de la cathédrale de Strasbourg. —
  • La cathédrale de Strasbourg est la plus vieille cathédrale gothique au monde. 
  • Il faut gravir 330 marches pour atteindre la plateforme et contempler toute la ville. 
  • Elle n’a qu’une seule flèche qui culmine à 142 mètres.

Le saviez-vous ? La cathédrale de Strasbourg est la plus vieille cathédrale gothique au monde. De la cathédrale romane d’origine, dont la construction a commencé en 1015, il ne reste presque rien. En revanche, la flèche de l’édifice actuel a été terminée en 1439. Le genre d’information qui vous permet de briller en société. A l’occasion de la Nuit des cathédrales, qui a lieu ce samedi, passage en revue des petits secrets de celle de Strasbourg.

Elle a beaucoup de marches

Mieux vaut être en bonne forme physique pour monter en haut de l’édifice. Il faut en effet monter l’escalier qui fait tout de même 330 marches pour atteindre la plateforme. Inutile de tenter l’ascension si vous souffrez d’acrophobie, c'est à dire de vertige. A 66 mètres de haut, la vue est vertigineuse. Mais si vous parvenez à votre but, vous pourrez contempler les fameux toits orangers du centre-ville historique mais aussi le quartier des institutions européennes avec le parlement et sa célèbre tour centrale.

Il fait un vent d’enfer tout autour

Si vous vous tenez à proximité de l’édifice, ne soyez pas étonné de sentir comme des courants d’air. C’est l’œuvre du diable, d’après la légende. Ce dernier, attiré par les décorations à l’intérieur de la cathédrale, serait resté enfermé dans l’édifice. Et le vent souffle autour, impatient de revoir son maître. Même si vous ne croyez pas aux légendes, prévoyez un manteau ou bon pull quand vous visitez la cathédrale.

Une couleur atypique

Sa teinte rosée unique, la cathédrale la doit au grès des Vosges. Si vous venez à des heures différentes pour contempler l’édifice, vous verrez que sa couleur change selon l’heure du jour et la teinte du ciel. Des nuances sont liées aux divers remplacements de la roche, qui est poreuse et friable.

Une seule flèche

C’est ce qui fait la spécificité de l’édifice. Il n’a qu’une seule flèche qui culmine à 142 mètres. Pourtant, une deuxième flèche était bien prévue car la cathédrale était conçue sur le même modèle que Notre-Dame de Paris. Sauf que la construction a duré trois siècles et qu’à la fin du 15è siècle, le projet a été abandonné. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour l’expliquer : manque de budget (construire une cathédrale, cela coûte un bras), un style gothique démodé ou encore des problèmes de stabilité du sol…

Pour l’anecdote, vous pouvez vous amuser à faire apparaître la tour manquante. Pour cela, placez-vous à l’angle de la place et de la rue mercière, contre la vitre du magasin de souvenirs, au ras du sol. Le reflet de la tour va se refléter dans la vitre et la cathédrale aura l’air d’avoir une deuxième tour par effet d’optique.

Un mystérieux rayon vert

Le phénomène se produit seulement deux fois par an. Lors des équinoxes de printemps et d’automne, aux mois de mars et de septembre, un mystérieux rayon vert est visible à l’intérieur de la cathédrale. Il y a une explication : le soleil traverse le vitrail sur le dais de pierre qui surplombe le Christ de la Chaire. C’est ce trajet qui fait apparaître le fameux rayon, pour le plus grand plaisir des visiteurs et des photographes.

En réalité, ce phénomène découvert en 1972 par le géomètre Maurice Rosart, n’aurait rien d’ésotérique. Reste que le doute subsiste sur son origine et sa signification.