VIDEO. Strasbourg: Feu vert pour un cinéma dans le secteur des Halles?

URBANISME La gare routière située à l’arrière des Halles à Strasbourg laissera place à un « pôle de loisirs urbains », le lancement d’une consultation par appel à projets sera discuté au conseil municipal ce lundi

Gilles Varela

— 

La gare routière à l'arrière des Halles à Strasbourg le 26 avril 2019.
La gare routière à l'arrière des Halles à Strasbourg le 26 avril 2019. — A. Ighirri / 20 Minutes
  • La gare routière derrière les Halles à Strasbourg va être déplacée pour laisser place à un « pôle de loisirs urbains ».
  • Les élus rendront un avis sur le lancement d’une consultation par appel à projets lors du conseil municipal de lundi.
  • L’idée du projet est de diversifier l’offre d’activités sportives, culturelles (très probablement un cinéma), de dynamiser le commerce et de créer un espace vert. Au final, de « donner une plus value au quartier ».

Au revoir gare routière des Halles et bonjour au futur cinéma. Enfin, normalement. Les élus sont en effet appelés à émettre ce lundi un avis lors du conseil municipal afin de lancer une consultation pour la réalisation, dans le secteur des Halles à Strasbourg, d’un « pôle de loisirs urbains ». Un terme générique car « les mystères juridiques font qu’on ne peut pas prédéterminer la nature de cet espace d’animations, s’étonne le maire de Strasbourg, Roland Ries. Il faut laisser les choses ouvertes, dans lequel il y aura vraisemblablement, une ou des salles de projections. Mais le président de l’Eurométropole Robert Herrmann et moi avons cosigné une déclaration où l’on est d’accord pour qu’il y ait à cet endroit, un pôle cinématographique. Les candidats doivent le savoir. » « On ne peut pas déterminer les choses, assure Robert Herrmann. Mais pour tout le monde, on parle d’un cinéma, c’est ce qui sera privilégié. Personne n’est dupe. »

Renforcer l’attractivité du quartier

Après des divergences sur l’utilité du projet lui-même, notamment face au projet d’un cinéma MK2 à Schiltigheim, place à la partie administrative du dossier. Le projet prévoit la réalisation d’un parc urbain d’au moins 3.000 m2 ou bien encore un aménagement des voiries, rue Sébastopol. Mais surtout, le terrain de 1.350 m2 qui accueille actuellement la gare routière, appartenant à l’Eurométropole, doit être déclassé et l’appel à projet lancé. Quatre candidats au maximum pourront d’ailleurs se lancer dans l’aventure, prévient la ville.

Ce futur pôle a pour principaux objectifs de « contribuer au développement économique des commerces du quartier et du centre-ville » « d’en renforcer l’attractivité » mais aussi de « développer l’offre culturelle et de loisirs afin de proposer une plus-value à la vie de quartier tout en respectant sa qualité de vie. » Le lauréat sera désigné début 2020.

Mais quel que soit le projet ou l’équipe retenue, il va falloir trouver une place à la gare routière. Elle sera repositionnée de manière temporaire en trois lieux : à savoir boulevard de Metz, la Rotonde et place de l’Etoile. Et fera l’objet d’une étude complémentaire, en particulier dans le cadre de la requalification de l’A35 en boulevard urbain, précise Robert Herrmann. Car l’hypothèse la plus vraisemblable est son installation définitive dans les cinq à dix ans à l’arrière de la gare ferroviaire, pour une gare à 360 ° évoquée depuis très longtemps et « dont la perspective réaliste aujourd’hui s’ouvre avec la requalification de l’A35 », promet Robert Herrmann.