VIDEO. Des moutons pour désherber Strasbourg?

ENVIRONNEMENT La SNCF expérimente, pour la première fois à Strasbourg, l’écopâturage le long de ses voies avec une vingtaine de moutons lâchés sur un site clôturé  

Gilles Varela

— 

Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019.
Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019. — G. Varela / 20 Minutes
  • La SNCF expérimente l’écopâturage le long de ses voies, près de la gare, avec une vingtaine de moutons solognotes bien encadrés par un berger itinérant de la société Ecozoone.
  • Dans une zone de plus de 4.000 m2, une vingtaine de moutons s’emploie à débroussailler l’endroit, à brouter l’herbe et les plantes invasives comme la Renouée du Japon.
  • L’expérience devrait durer trois semaines et d’autres endroits sont à l’étude.

Des moutons en bordure immédiate du centre-ville, pâturant tranquille. Coincés entre la voie de chemin de fer, une piste cyclable et la sortie de l’autoroute, la vingtaine d’animaux du berger itinérant Vincent Fruleux ne semble pas être dérangée par le trafic, les coups d’avertisseurs. Inlassablement, les animaux broutent l’herbe et une plante invasive, la renouée du Japon.

Et c’est un berger lillois, présent de jour comme de nuit sur le site, qui est depuis quelques jours installé sur les terres strasbourgeoises. La société Ecozoone spécialisée dans « l’écopâturage urbain » a été choisie par la SNCF « en attendant de trouver des partenaires locaux sur d’autres projets de l’agglomération, toujours à l’étude », assure celle-ci.

L’avenir tourné vers l’écopâturage ?

« Cette expérimentation permet ici de lutter contre les renouées du Japon, une plante invasive, sans utiliser de produits chimiques ou des solutions mécaniques », explique Pierre Merton, directeur de l’établissement infrastructure SNCF. Nous cherchons des variantes et l’écopâturage, essayé ailleurs, s’adapte à ce genre de terrain, de configuration. Mais on ne peut pas en faire partout, prévient la direction. Nous sommes tributaires des biotopes. »

Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019.
Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019. - G. Varela / 20 Minutes

« Chaque type d’herbe, de plante, de configuration du lieu demande des animaux adaptés, précise le berger Vincent Frileux. Parfois, il faut des chèvres, d’autres des ânes, des vaches. Cela dépend aussi de la nature du sol. »

Pour la SNCF, si « cela permet de créer du lien social, d’avoir un impact visuel, d’éviter de blanchir en milieu urbain des zones après un désherbage ou d’accéder à des zones difficiles d’accès pour des machines ou des ouvriers », cela permet surtout « de garantir la sécurité des circulations ferroviaires en évitant une végétation trop abondante.

Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019.
Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019. - G. Varela / 20 Minutes

« Il faut éviter la prolifération des herbes invasives des remblais, des voies, que des arbres tombent sur la voie », souligne Pierre Merton. Et cela n’a rien d’anodin. Chaque année, 4 millions d’euros sont consacrés au débroussaillage sur l’ensemble du réseau, soit 8 % du budget total de toutes les infrastructures ferroviaires évalué à 50 millions d’euros. Pour l’instant, cette pratique, pas encore généralisée, reste plus onéreuse avec un coût de 1,5 euro du m2 contre 0,50 du m2 pour un désherbage classique. Mais la généralisation de cette pratique pourrait amener, à terme, à obtenir de meilleurs prix espère la SNCF.

Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019.
Des moutons près de la place d'Haguenau à Strasbourg ou l'écopâturage, une solution alternative pour le désherbage. Strasbourg le 23 avril 2019. - G. Varela / 20 Minutes

En attendant, la vingtaine d’animaux, répartis sur les 4.000 m2 aux abords de la place de Haguenau, semble à l’aise et ne donne pas trop de fil à retordre à Malbak, le chien Border collet du berger et intrigue les passants où les cyclistes qui ne manquent pas de s’arrêter, pour contempler ces scènes de vies. Comme un air de campagne.