VIDEO. Strasbourg: Un bar où le prix des boissons fluctue «comme à la bourse»

CONCEPT Un bar où le prix des boissons fluctue en «fonction de la bourse» vient d’ouvrir ses portes à Strasbourg, un nouveau concept qui séduit

Gilles Varela

— 

Au Wall street bull, bar à bières à Strasbourg le 9 avril 2019.
Au Wall street bull, bar à bières à Strasbourg le 9 avril 2019. — G. Varela / 20 Minutes

Comment concilier krach boursier et bonne humeur ? Un «jeudi noir » et l’envie de faire la fête ? C’est le pari relevé par le Wall street bull, un bar à bières du centre-ville de Strasbourg. Un nouveau concept où le prix des consommations suit « un cours de la bourse ». Il revient alors aux clients de choisir le meilleur moment pour se précipiter au comptoir et passer commande, car les prix affichés évoluent toutes les 100 secondes. Ainsi une bière pression affichée sur l’un des quatre écrans de la « salle de bourse » à 4 euros peut passer quelques minutes plus tard à 3 euros ou au contraire voir son prix décoller de quelques dizaines de centimes.

En fonction de la demande

En réalité, les fluctuations restent dans une fourchette d’environ trois euros. Et non, ils ne sont pas indexés sur le cours du malt, du houblon ou de la levure, mais c’est toujours ça… « Nous avons acquis un logiciel qui nous permet personnaliser notre carte, qui évolue constamment, mais cela nous est propre. Cela varie en fonction de la demande, de la fréquentation, c’est aléatoire mais cela peut-être très intéressant sur une bière pression, un cocktail, où même une bouteille de champagne, explique Sabrina, la cogérante du bar. On peut même déclencher un Krach boursier, sourit la jeune femme. Une alarme spécifique se déclenche et tous les prix chutent, au plancher, c’est l’assaut au bar, surtout le week-end, c’est une bonne ambiance ». Et ça marche. Dans la salle, on s’amuse des fluctuations et il est facile de voir des clients commander une boisson, alors que leurs verres sont encore pleins…

Si le concept existe déjà dans d’autres villes comme à Paris ou bien encore à Toulouse, ce système de fluctuation plaît et les gérants du Wall street bull ont l’exclusivité de ce logiciel dans un rayon de 30 km. Depuis la mi-mars, l’ancien club de nuit niché dans le caveau au sein de l’Intemporel accueille en effet une clientèle diverse, entre after work, étudiants… Attablé avec quelques amies, William, 24 ans, scrute les écrans : « Je viens de gagner 20 centimes », sourit l’étudiant. « On se réjouit de peu », plaisante Morgan, une amie. « De toute façon, on avait soif et on allait commander, mais c’est vrai que nous sommes venus spécialement pour ça, confie le trader d’un soir. C’est vrai aussi que ça pousse trop souvent à avoir les yeux rivés sur les écrans ». Dans un autre coin de la salle, où des écrans retransmettent également les matchs importants de la ligue 1 de football (et notamment ceux du Racing), l’ambiance est décontractée et les affaires vont bon train. Voilà donc Strasbourg, après un bar pétanque, le bar robot, les bars cachés, transformé en place boursière… Un titre qui lui manquait, non ?