Strasbourg: La mini-ferme du zoo de l'Orangerie rouvre ses portes après un an de travaux

ANIMAUX Une consultation publique sera lancée à la fin du mois pour un projet de modernisation du zoo

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: La mini-ferme rouvre mais le zoo de l'Orangerie doit encore opérer sa mue
Strasbourg: La mini-ferme rouvre mais le zoo de l'Orangerie doit encore opérer sa mue — G. Varela / 20 Minutes
  • La mini-ferme du zoo de l’Orangerie à Strasbourg sera inaugurée ce samedi, après plus d’un an de fermeture et plus d’un million d’euros de travaux. Elle sera officiellement accessible au public à la Pentecôte.
  • Plusieurs changements ont été opérés : des espèces plus petites pour assurer un contact direct avec les animaux, la mise à disposition d’une salle pour les établissements scolaires, du pâturage pour les bêtes…
  • L’ouverture de la mini-ferme rénovée préfigure celle du zoo de l’Orangerie. Trois propositions seront présentées lors de l’inauguration de la mini-ferme. Avant une consultation publique lancée fin avril.

Une nouvelle maison pour les lapins, moutons d’Ouessant, biquettes, cochons, poules et autres dindons. La mini-ferme du zoo de l’Orangerie à Strasbourg est inaugurée ce samedi, après plus d’un an de fermeture et de travaux. Avant une ouverture officielle au public à la Pentecôte.

Plus d’un million d’euros a été engagé dans la rénovation de ce nouveau refuge pour les animaux. « Ça faisait bien longtemps qu’on souhaitait qu’elle soit remise en état », souligne Albert Bour, secrétaire général de l'association des Amis du zoo de l'Orangerie qui gère le site, heureux du résultat. « Le bâtiment a été repensé et va permettre une pédagogie adaptée et optimale, avec un maximum d’immersion pour les visiteurs ».

Adjointe au maire de Strasbourg en charge de ce dossier, Christel Kohler abonde : « Il fallait remettre aux normes la mini-ferme, travailler sur le contact direct avec les animaux, en entrant par exemple dans l’enclos des lapins pour les toucher. L’objectif était de restituer l’ambiance de la ferme et d’avoir un lieu pédagogique et interactif. » Une salle spacieuse pourra ainsi accueillir les scolaires mais, à terme, aussi d’autres associations.

Moins de gros bétail

Les travaux ont aussi dû permettre un meilleur accueil des animaux, en agrandissant les enclos mais surtout en refusant d’y accueillir du gros bétail, type bœuf ou lama : « On a demandé qu’il y ait des espèces plus petites, poursuit Christel Kohler. Et à ce que soit permis le pâturage régulier des animaux dans le parc de l’Orangerie ou à la ferme Bussierre. »

L’ouverture de la mini-ferme rénovée préfigure celle d’un projet de modernisation du zoo de l’Orangerie. « C’est une première étape, la deuxième sera le zoo lui-même qui réclamera plus de réflexion », confirme Albert Bour, secrétaire général.

Une consultation publique

Voilà pourtant un moment que le projet de rénovation du zoo est débattu. Entre la réhabilitation de l'établissement, le type d'espèces présentes ou encore la simple question de la captivité des animaux, il a été difficile pour la collectivité, l’association des Amis du zoo de l’Orangerie ou encore les associations de protection des animaux de s’entendre.

Trois propositions de modernisation ont émergé des différents tours de table : celle de l’association des Amis du zoo, une autre de l’Association de défense des intérêts des quartiers centre-est de Strasbourg (Adic) et une dernière de l’université et d’Alsace Nature. Elles seront présentées lors de l’inauguration de la mini-ferme, samedi. Le public pourra donner son avis lors d’une consultation lancée fin avril dans les médiathèques ou encore sur Internet. Le temps de la restitution des avis et du montage d’un projet définitif, il devrait y avoir une idée fixe sur l’avenir du zoo « avant la fin du mandat », dixit Christel Kohler.