VIDEO. Grand Est: Photographes, 10.000 euros pour montrer le territoire, ça vous tente?

CULTURE La région Grand Est cherche cinq photographes qui bénéficieront d’un budget de 10.000 euros pour « montrer la diversité des territoires et mutations sociales »

Gilles Varela

— 

Illustration. Un photographe.
Illustration. Un photographe. — G. Varela / 20 Minutes
  • La région Grand Est cherche cinq photographes pour « montrer la diversité des territoires et ses mutations sociales ».
  • Ils seront rémunérés 10.000 euros. Une sélection, par un jury professionnel, portée par La Chambre et le CRI de lumière, permettra dans un premier temps de sélectionner dix photographes qui auront l’été pour définir leur projet.
  • Les cinq finalistes seront annoncés en septembre et auront une année pour dresser le portrait du Grand Est.

Travailler sur un projet photographique, pendant une année explorer la région Grand Est, montrer son territoire, sa diversité, ses mutations sociales sans se soucier d’avoir à boucler un budget pour le faire : le rêve de tout photographe. C’est ce que propose la mission photographique du Grand Est 2019-2020.

La région lance en effet un appel à candidature pour cinq artistes photographes professionnels. Les chanceux sélectionnés seront rémunérés chacun 10.000 euros. A cela s’ajoutent des défraiements… Mais il va falloir faire vite, car il faut présenter un projet d’ici le 7 juin.

« Un regard novateur »

L’idée est de répondre à des interrogations telles que : comment comprendre le territoire d’aujourd’hui, de quoi, de qui est-il composé et en quoi consiste-t-il ? Par quels signes se manifeste-t-il, ses effets, les causes… « Le sujet et même le traitement du projet sont libres, mais sur un support numérique, précise Catherine Merckling, codirectrice de La Chambre, espace d’exposition et de formation à l’image de Strasbourg qui, avec Le CRI des lumières à Lunéville, a été missionné par la Région pour porter ce projet photographique d’envergure.

« C’est un peu ce qui s’est fait au niveau national avec le DATAR, se réjouit Catherine Merckling. Nous cherchons un regard novateur sur un sujet pas encore traité, en "zone blanche", en campagne, en zone périurbaine. C’est l’originalité du projet qui primera, pour établir un portrait du Grand Est, donner un visage à cette nouvelle région administrative. » Leurs travaux feront l’objet d’expositions et d’une publication. Ils constitueront également un fonds d’archives pour la Région à partir de fin 2020 et seront consultables sur un site Internet.

Sélection mi-juin pour 10 candidats

Pour l’heure, les candidats doivent présenter leur projet. « Il y a déjà beaucoup de demandes, assure Catherine Merckling. Il n’y a pas de limite géographique pour postuler, un regard extérieur est même souhaité. L’important, c’est la pertinence du projet et pour nous c’est toujours intéressant de découvrir de nouveaux photographes, de défendre ce métier. »

Mi-juin, dix personnes seront sélectionnées par un jury de neuf personnes. Un jury très diversifié avec, entre-autres, un géographe, un paysagiste, une historienne de la photographie, un photographe de renom… Ils auront l’été (et seront défrayés en conséquence) pour définir leur projet avant qu’une nouvelle réunion, en septembre, ne vienne les départager et choisir les cinq élus…

Photographie: un marché aux besoins flous