VIDEO. Européennes: La candidature de Fabienne Keller sur la liste LREM crispe la gauche strasbourgeoise

POLITIQUE La position de Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin et ancienne maire de Strasbourg, 7e sur la liste LREM pour les élections européennes, fait l’objet de critiques de l’aile gauche de la majorité municipale en place

Nils Wilcke

— 

La sénatrice du Bas-Rhin Fabienne Keller. STrasbourg le 23 février 2018.
La sénatrice du Bas-Rhin Fabienne Keller. STrasbourg le 23 février 2018. — G. Varela / 20 Minutes

La candidature de Fabienne Keller chez LREM pour les élections européennes fait grincer des dents la gauche strasbourgeoise. En cause, le ralliement de l’ancienne maire de Strasbourg, opposante historique de la majorité municipale, à la liste de rassemblement de la majorité présidentielle, soutenue par le premier adjoint Alain Fontanel, lui-même transfuge du PS passé à LREM.

Ce dernier salue sa présence sur la liste, louant une élue « engagée de longue date dans la défense du Parlement européen ». Tout en regrettant que sa collègue l’adjointe Nawel Rafik Elmrini n’ait pas obtenu « une place plus élevée sur la liste », malgré « son engagement continu et total pour l’Europe de Strasbourg ». Fabienne Keller a en effet obtenu la 7e place, repoussant Nawel Rafik Elmrini loin derrière, à la 29e position.

« Consternation » et « bidouilles »

Pour l'aile gauche de la majorité municipale, c'est la soupe à la grimace. « Que d’anciens membres du PS passent à LREM, c’est leur affaire, réagit l'adjoint socialiste Mathieu Cahn auprès de 20 Minutes. Mais de là à faire campagne sans états d’âmes pour Fabienne Keller, qui est notre opposante historique, battue par deux fois aux élections municipales, c’est sidérant », juge l'élu.

Jacques Bigot, sénateur PS du Bas-Rhin, a fait part de sa « consternation », tandis que l’adjoint au maire Alain Jund (EELV) a dénoncé des « bidouilles », sur les réseaux sociaux. « C’est tout de même surprenant de retrouver l’opposante de Roland Ries et son numéro deux sur la même liste, explique ce dernier à 20 Minutes. Le duo Keller-Fontanel est un attelage bizarroïde. Fabienne Keller va-t-elle ensuite rejoindre la majorité municipale après dix ans d’opposition ? ». 

« C’est une tempête dans un verre d’eau, estime Philippe Breton, directeur éditorial de l’Observatoire de la vie politique en Alsace. Le choix de Fabienne Keller s’est fait au niveau national par l’état-major LREM avec des considérations nationales. On ne peut pas lui reprocher d’avoir rejoint une liste d’ouverture. D’autant qu’elle reste libre, contrairement à Alain Fontanel qui est pieds et poings liés au parti présidentiel. Cette polémique, c’est la preuve que la gauche strasbourgeoise a toujours du mal à regarder au-delà d’elle-même ». 

De son côté, malgré sa présence sur la liste LREM, Fabienne Keller ne ferme pas la porte à une candidature à la mairie de Strasbourg en 2020. « Chaque chose en son temps », a-t-elle répondu à 20 Minutes. Pas sûr que cela contribue à détendre les élus de la majorité municipale…