VIDEO. Alsace: Les asperges pointent déjà leur nez et «c’est exceptionnel»

AGRICULTURE La récolte a déjà débuté il y a une semaine et c’est particulièrement précoce, mais pas sans conséquence

Gilles Varela

— 

Asperges à Hoerdt (Bas-Rhin). Le 26 mars 2019. Lancer le diaporama
Asperges à Hoerdt (Bas-Rhin). Le 26 mars 2019. — G. Varela / 20 Minutes
  • Après un automne doux et sec, un hiver pas trop rigoureux et surtout un mois de février exceptionnellement doux, les asperges d’Alsace pointent leur nez 15 jours en avance.
  • Une bonne nouvelle pour les consommateurs, mais cela n’est pas sans conséquence sur l’économie. Car les asperges alsaciennes vont se retrouver en concurrence avec celles d’autres régions françaises.

Sa tige est bien droite, mesure 22 cm, (une fois taillée), blanche, pour un diamètre compris entre 16 et 26 mm pour le premier choix. La tête est légèrement violette pour les précoces, « elles ont plus de goût », assure Emmanuel Dollinger, cultivateur à Hoerdt, la capitale alsacienne de l’asperge. Telles sont les caractéristiques essentielles d’une belle asperge selon les professionnels de la filière. Et cette année, c’est plutôt exceptionnel, elles pointent déjà leur nez sous les bâches plastiques transparentes.

Depuis une semaine déjà, les premières récoltes ont commencé alors qu’habituellement elles débutent en avril. Une situation qui s’explique par des conditions météorologiques très favorables : « Un automne doux voire chaud, ce qui a contribué à la mise en repos végétatifs précoce des plants, explique Jean-Charles Jost, président de l’ Association des producteurs d’asperge d’Alsace (APPA). Une douceur mais aussi peu de pluie cet hiver. Les températures douces du mois de février ont permis aux sols de se réchauffer. » La saison va durer deux mois et demi environ.

Une clientèle locale

Une bonne nouvelle pour les consommateurs, mais cela n’est pas sans conséquence sur l’économie. En effet, en ce début de saison, la production alsacienne va se trouver en concurrence directe avec les asperges des Landes et des Pays de Loire, traditionnellement précoces. D’où des tensions éventuelles sur les prix, en particulier sur les marchés de la distribution et de la restauration, explique l’APAA. Une concurrence qui n’inquiète cependant pas particulièrement les producteurs alsaciens dont le marché reste local. En effet, 65 % des asperges sont vendues en circuit court, à la ferme ou sur les marchés et l’export ne représente pas plus de 2 % de la production, explique Jean-Charles Jost.

Asperges à Hoerdt (Bas-Rhin). Le 26 mars 2019.
Asperges à Hoerdt (Bas-Rhin). Le 26 mars 2019. - G. Varela / 20 Minutes

L’Alsace produit plus de 1.800 tonnes d’asperges par an en moyenne et affiche un chiffre d’affaires de près de huit millions d’euros, sur près de 492 hectares. Et c’est dans le Bas-Rhin que l’on compte le plus de parcelles (78 %). Côté emploi, la filière se porte bien et compte 120 producteurs en Alsace, soit près du double d’il y a dix ans. En revanche, même si entre 700 et 800 saisonniers sont employés dans les exploitations de l’APPA, la main-d’œuvre reste difficile à trouver. Beaucoup viennent des pays de l’Est, « mais pour cinq postes à la ferme, pour le triage et le calibrage, ce qui n’est pas le plus difficile à faire, confie Emmanuel Dullinger, je n’ai reçu que cinq CV, alors qu’il y a quelques années j’en recevais des dizaines. »

Quoi qu’il en soit, rendez-vous est donné aux amateurs de la bonne plante avec la fête de l’asperge le 12 mai à Hoerdt et le lancement officiel de la saison le 15 avril à Haguenau.