Strasbourg: L'ancienne clinique Adassa va être transformée en appartements haut de gamme

IMMOBILIER Les travaux de transformation de l'ancienne clinique Adassa de Strasbourg en appartements vont commencer ce printemps

Angélique Férat

— 

Le projet Alkove sera située dans l'ancienne clinique Adassa
Le projet Alkove sera située dans l'ancienne clinique Adassa — Patrick Schweitzer Associés Architectes
  • Les 8.000 m2 de l’ancienne clinique Adassa de Strasbourg vont être transformés en 105 appartements.
  • La société Adam Europe investit 30 millions d’euros dans le projet.
  • Cette réalisation est haut de gamme avec un jardin privé de 1 700 m2 au cœur des bâtiments.

Situé à l’entrée de la ville de Strasbourg, l’énorme bâtiment de l’ancienne clinique Adassa était vide depuis 2017. Avec deux autres hôpitaux, la clinique Saint Odile et celle des Diaconesses, Adassa a déménagé dans le quartier des Deux-Rives pour construire la clinique Rhéna. Et aujourd’hui comme ses consœurs, les anciens bâtiments de la clinique vont être transformés en appartements. Les 8.000 m2 existants vont accueillir dans deux ans environ une centaine de logements, des bureaux et quelques commerces. Un investisseur privé se lance dans le projet, le groupe Adam Europe. Avec le rachat des murs, il investit 30 millions d’euros.

Le résultat devrait ressembler au projet mené dans les anciennes archives départementales, puisqu’il s'agit du même investisseur. Isaac Cohen-Hoshen, le PDG de Adam Europe s’est lancé dit-il parce qu’il passe ses week-ends dans la capitale alsacienne et « aime faire renaître ce capital immobilier du XIXe siècle ». Ajoutons que le projet Arkeia de Strasbourg (les anciennes archives départementales) s’est bien vendu, ceci explique peut-être aussi l’enthousiasme de notre homme d’affaires.

Vue aérienne du projet de rénovation
Vue aérienne du projet de rénovation - Patrick Schweitzer Associés Architectes

Un bâtiment dans un quartier historique

Les bâtiments sont situés dans la zone de la Neustadt, quartier construit par les Allemands après 1870, zone classée au patrimoine mondial de l’Unesco il y a deux ans. Le maire de Strasbourg, Roland Ries se félicite donc que le projet garde la structure de l’ensemble architectural. « On fait évoluer la destination des bâtiments tout en gardant le patrimoine. C’est important de garder notre identité urbaine, mais nous ne sommes pas une ville musée. » Le hall de réception et l’oratoire seront restaurés mais il n’est plus question de parking au centre du bâtiment. Il sera remplacé par un jardin de plus de 1.700 m2. Les voitures auront leur place au sous-sol avec un parking à vélos et une station d’autopartage, voire des bornes de recharge pour véhicules électriques.

Les appartements eux seront haut de gamme, comptez 4.000 à 5.000 euros au m2. L’adjoint au maire, chargé de l’urbanisme, Alain Jund tient à ajouter deux points : « Il y a aura 33 % de logements sociaux, et nous ajoutons 1.700 m2 de verdures dans une zone où la circulation et le bâti sont denses. » L’ensemble sera présenté aux riverains le 10 avril. Le permis de construire étant déjà délivré, les travaux commenceront juste après.

 

  • 220 logements étudiants et 107 logements neufs vont voir le jour dans l'ancienne   clinique Saint Odile.
  • 105 logements haut de gamme sont prévus dans l'ancienne clinique Adassa
  • L'ancienne clinique des Diaconesses accueillera un hôtel pour les malades non Strasbourgeois qui reçoivent des soins ambulatoires sur plusieurs jours