Strasbourg: «Insécurité, intimidations, incivilités, nuisances sonores», des résidents de l’hypercentre à bout interpellent les élus via Facebook

SOCIETE Des résidants du centre-ville, très remontés contre la présence de marginaux devant leurs domiciles ou leurs commerces dénoncent sur une page Facebook les actes d’agressions, d’incivilités, de nuisances et interpellent la mairie

Gilles Varela

— 

Place du Marché neuf à Strasbourg le 13 mars 2019.
Place du Marché neuf à Strasbourg le 13 mars 2019. — G. Varela / 20 Minutes

« Tout le monde le sait, mais personne ne fait rien », tempête une résidente du Carré d’or, un quartier commerçant au cœur historique de Strasbourg. « Des groupes de marginaux squattent jour et nuit les petites places comme celle du Marché neuf, la rue des Grandes arcades. Ils sont ivres, parfois drogués, se battent, hurlent, urinent et défèquent dans les ruelles, entre les voitures », illustre la jeune femme qui ne manque pas d’exemple : « Dimanche, une femme était frappée, traînée au sol par les cheveux, sur cette place. C’est une honte ! » En colère, des résidents ont créé il y a cinq mois une page Facebook « Place du Marché neuf », avec des photos et des vidéos pour dénoncer cette situation, « à quelques mètres de la cathédrale » et demande à la mairie d’agir.

« Rien ne change »

« Certains, très organisés, sont appelés des "placeurs " par la police municipale, c’est complètement illégal. Mais la police nous dit qu’ils sont au courant mais que leurs moyens sont limités. Des touristes font demi-tour, des habitants ont peur », explique la résidente à l’origine de la page Facebook. « Il y a déjà des dispositions légales qui permettraient à la police d’intervenir dans chaque cas. Cela fait des mois que des photos, des vidéos sont envoyées aux élus, mais rien ne change. Pourquoi avoir attendu que la situation se dégrade ? » se demande la jeune femme qui ne se sent pas entendue. Régine, dont le commerce donne en partie sur la place du Marché neuf, déplore aussi ce sentiment d’insécurité. « Certaines de mes clientes, des femmes seules ou âgées, ne viennent plus parce qu’elles ont peur, parce que certains menacent de rayer leur voiture si elles ne donnent pas une pièce. »

Contacté par 20 Minutes, Robert Herrmann, adjoint au maire en charge de la sécurité publique au centre-ville explique comprendre cette colère. « Il y a un problème. Ils ont raison de se plaindre. Je vais proposer prochainement au maire un arrêté sur la  « mendicité agressive ». Il y a un texte récent, une loi pour éviter le harcèlement aggravé », se défend l’élu. « Mais il faut le reconnaître, on ne peut pas mettre un agent de police derrière chaque individu. Nous faisons des contrôles, des arrestations, mais nous ne pouvons pas monopoliser plus encore les forces de police déjà très sollicitées sur de nombreuses missions. » Un arrêté, mais aussi un « travail de fond » préconise Robert Herrmann : « Il faut avoir une réflexion sur les aspects psychiatriques. Dans les villes, il y a de plus en plus de personnes avec des problèmes de santé mentale, comme le syndrome de Diogène. Quand il y a un maillon qui lâche en médecine, dans les villes, on ne sait pas faire. »

Intimidations, chiens sans laisse, « campements » dans les rues, bagarres, disputes, insultes, nuisances sonores aussi, les témoignages pour dénoncer ces difficultés rencontrées par les résidents du centre-ville sont faciles à trouver. « Des musiciens de rues se succèdent, au même endroit, pendant de longs moments. Puis d’autres, au même style de musique, arrivent et c’est reparti. C’est non-stop le dimanche. C’est peut-être bien pour les visiteurs, mais cela devient un vrai casse-tête pour les résidents. On ne peut plus ouvrir nos fenêtres. Doit-on tout accepter quand on a choisi de vivre au centre-ville ? » s’interroge Louis, un quinquagénaire.

« Des gens à la rue, il y en a toujours eu, on connaissait le nom de certains, on communiquait. Mais là c’est différent, ils sont agressifs, crient des insultes et j’ai des enfants, à tel point que je suis obligée de fermer mes fenêtres, même s’il fait chaud, explique une résidente de la place du Marché neuf. Et j’ai peur le soir. On doit éviter certains passages pour rentrer chez soi, ce n’est pas normal. »