VIDEO. Strasbourg: Un portrait volé d’Emmanuel Macron «se promène» sur le chantier contesté du GCO

ENVIRONNEMENT Le portrait officiel du président de la République a été dérobé de la mairie de Kolbsheim (Bas-Rhin) par des membres du collectif ANVCOP21, avant d’être amené sur le chantier du GCO, puis la photo « a disparu »

Gilles Varela

— 

Kolbsheim le 5 mars 2019.  «Réquisition»  du portrait du président de la République en mairie de Kolsheim  par ANVCOP21 pour aller «lui montrer » le chantier contesté du GCO.
Kolbsheim le 5 mars 2019. «Réquisition» du portrait du président de la République en mairie de Kolsheim par ANVCOP21 pour aller «lui montrer » le chantier contesté du GCO. — G. Varela / 20 Minutes

Jeux du chat et de la souris entre gendarmes et le collectif Action non violente Cop 21 (ANVCOP 21) à Kolbsheim ce mardi. Rendez-vous était donné en début d’après-midi pour montrer le chantier du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg au président de la République. Du moins à son portrait, dérobé en mairie. « La porte était ouverte, le maire était ailleurs en réunion, il n’y a pas eu d’opposition, on l’a réquisitionné », explique Nicolas, un des activistes d’ANV Cop 21.

Kolbsheim le 5 mars 2019. «Réquisition» du portrait du président de la République en mairie de Kolsheim par ANVCOP21 pour aller «lui montrer » le chantier contesté du GCO.
Kolbsheim le 5 mars 2019. «Réquisition» du portrait du président de la République en mairie de Kolsheim par ANVCOP21 pour aller «lui montrer » le chantier contesté du GCO. - G. Varela / 20 Minutes

« Réquisition du portrait dans toute la France »

Objectif annoncé : « dénoncer l’inaction d’un président face à l’urgence climatique et sociale ». Les militants répondaient ainsi à un appel national consistant à généraliser d’autres « réquisitions de portrait du président sur la France entière », en réaction à la réponse « jugée inacceptable » du gouvernement à l’affaire du siècle. Une action en justice contre l’Etat français pour inaction face au dérèglement climatique signée par plus de deux millions de personnes.

Après un cheminement à travers champs, le collectif composé d’une dizaine de personnes et accompagné d’une quarantaine d’habitants venus des villages alentour, se sont rendus, sous surveillance (à distance) des gendarmes, en bordure immédiate du chantier du viaduc de Kolbsheim, avec le portrait du président.

Kolbsheim le 5 mars 2019. «Réquisition» du portrait du président de la République en mairie de Kolsheim par ANVCOP21 pour aller «lui montrer » le chantier contesté du GCO.
Kolbsheim le 5 mars 2019. «Réquisition» du portrait du président de la République en mairie de Kolsheim par ANVCOP21 pour aller «lui montrer » le chantier contesté du GCO. - G. Varela / 20 Minutes

Puis l’assemblée s’est dispersée dans le calme, mais le portrait à disparu… « Il réapparaîtra peut-être, le jour où il y aura une vraie réponse sur l’urgence climatique, où est Macron ? », promet un activiste.