La réaction se construit contre le promoteur

Ludovic Meignin - ©2008 20 minutes

— 

Une dizaine de chantiers à l'abandon en Alsace. Faute de factures acquittées, des entrepreneurs ont quitté les chantiers du promoteur immobilier strasbourgeois Brun habitat SARL. Parmi eux, Paul Repp, gérant de Socalec qui intervenait à Schweig­house-sur-Moder ou encore à Mar­moutier. Il estime son préjudice à 30 000 euros. Son dernier contact avec le promoteur remonte « à la mi-mai » et il « ne sait pas où il est ». Selon son secrétariat, Antoine Brun est injoignable car en congés jusqu'au 1er septembre. La justice a en tout cas été saisie par des acquéreurs faisant partie de la centaine de familles laissées sur le carreau dans cette affaire. Parmi eux, Bernard Blaizeau, acheteur d'un appartement dans un immeuble inachevé à Oberschaef­folsheim. Indiquant avoir payé 80 % des appels de fonds pour des travaux réalisés à 50 %, il est bien décidé à faire valoir ses droits avec les copropriétaires : « Nous sommes engagés avec le même avocat dans une action judiciaire. » Bernard Blaizeau chiffre son préjudice à « 50 000 euros hors frais d'avocat » et dénonce les insuffisances de la loi Vefa (Vente en l'état futur d'achèvement ou vente sur plan). « L'acquéreur n'est pas protégé car il n'y a pas de réel contrôle qualitatif et quantitatif sur les travaux effectivement réalisés » en rapport avec les appels de fonds. Quant à Jacky Forrler, acheteur à Schweighouse-sur-Moder, il estime avoir perdu 115 000 euros. Les copropriétaires de sa résidence se sont aussi regroupés et doivent déposer plainte cette semaine pour abus de confiance.