Strasbourg : Marche arrière sur les rythmes scolaires, la semaine de quatre jours est de retour

EDUCATION Face au mécontentement, la municipalité strasbourgeoise abandonne son scénario « atypique » proposant de conserver les 4,5 jours comme rythmes scolaires

A.I. et B.P.

— 

Strasbourg: Marche arrière sur les rythmes scolaires, la semaine de quatre jours est de retour (Illustration)
Strasbourg: Marche arrière sur les rythmes scolaires, la semaine de quatre jours est de retour (Illustration) — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Au terme (ou presque) d’un long feuilleton, Strasbourg (Bas-Rhin) fait finalement marche arrière et revient à la semaine de quatre jours sous la pression.
  • Après une longue concertation, la capitale alsacienne optait pourtant pour le maintien de la semaine de 4,5 jours, répartie sur cinq matins et trois après-midi.
  • A l'exception des 11 conseils écoles qui ont voté pour sa proposition, reste encore à choisir l'heure de fin des journées et le nombre de semaines de classe.

Finalement, Strasbourg renonce. Exit les 4,5 jours d’école et la proposition du maire sur l’évolution de ces rythmes scolaires pour la rentrée 2019. Face au mécontentement d'enseignants et de parents ainsi qu’au rejet de la plupart des conseils d’école (10 % d’entre eux seulement ont adopté la proposition), la municipalité strasbourgeoise abandonne  son scénario «atypique» présenté en décembre après une longue consultation. Il prévoyait le maintien de la semaine de 4,5 jours répartie sur cinq matins et trois après-midi (finies à 15h45), avec une rentrée avancée fin août.

Deux versions possibles mais une semaine de quatre jours

La ville opte finalement sur un retour à la semaine de quatre jours. Tout en imaginant deux versions possibles, toutes deux avec une rentrée début septembre. Reste désormais à déterminer si les journées comporteront 6 heures ou 5 heures et 45 minutes de classe, et si elles seront réparties sur 36 ou 37 semaines (avec des vacances de la Toussaint plus courtes et quelques mercredis en moins dans ce cas). Les conseils d’école seront encore consultés afin d’effectuer ce choix dès mars. Les 11 écoles qui ont voté pour la proposition « atypique » de 4,5 jours pourront, elles, la mettre en place.

« L’intérêt des enfants devrait primer », regrette le maire

« Nous avons essayé de trouver le point d’équilibre entre l’intérêt des enfants - qui devrait primer sur le reste -, celui des parents et celui des enseignants, a retracé le maire Roland Ries en abordant son annonce. On a proposé une approche optimale qui permettait d’utiliser au mieux les matinées, plus efficaces en matière d’enseignement pour les élèves. Mais la proposition que nous avons faite a été très largement rejetée. » Face à une fronde impulsée par les syndicats d’enseignants, le vote a forcé l’édile à revoir sa copie. Sans empêcher néanmoins les 11 établissements en faveur des cinq matinées d’y rester, Strasbourg a donc rapidement réfléchi à une nouvelle solution pour les 101 autres. Avec des lundis, mardi, jeudi et vendredi de classe de 8h30 à 12h, puis de 14h à 16h30 ou 16h15, selon la dernière décision à acter.

Des activités périscolaires seulement en zones prioritaires

Les activités périscolaires proposées pendant 1h30 par semaine vont donc par ailleurs disparaître dans les écoles de Strasbourg de retour aux quatre jours (et avec elles les fonds accordés pour cela par l’Etat). Sauf dans les établissements situés dans les zones d’éducation prioritaire et les quartiers prioritaires de la ville, où la municipalité souhaite maintenir de manière gratuite à la sortie de l’école, comme l’aide aux devoirs ou d’accompagnement à la lecture. Le mercredi, les enfants de maternelle pourront aussi être accueillis mais sans classe, désormais.