Strasbourg: Le Pousse-Légume, un potager encastrable à installer entre le four et le frigo dans votre cuisine

INNOVATION Un jeune Strasbourgeois a mis au point un potager électroménager directement encastrable dans la cuisine

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: Le Pousse-Légume, un potager encastrable à installer entre le four et le frigo dans votre cuisine (Illustration)
Strasbourg: Le Pousse-Légume, un potager encastrable à installer entre le four et le frigo dans votre cuisine (Illustration) — tookapic / Pixabay
  • Le Strasburgeois Antony Thirion a imaginé un potager d’intérieur encastrable dans n’importe quelle cuisine.
  • Le Pousse-Légume a récemment remporté le concours de l'étudiant entrepreneur innovant.
  • En attendant une commercialisation vers 2020, Antony Thirion travaille prioritairement avec une vingtaine de restaurateurs de Strasbourg, Metz ou Nancy pour tester son produit.

Il aimait s’occuper du potager chez ses parents. Alors quand Antony Thirion est arrivé à Strasbourg pour ses études en faculté de pharmacie, — « dans un logement en ville, sans balcon ou jardin », dixit celui qui a depuis été diplômé — cette pratique lui manquait. « J’ai décidé de me créer un potager d’intérieur encastrable dans n’importe quelle cuisine », raconte simplement le jeune homme de 27 ans.

Voilà comment est né le Pousse-Légume, récemment lauréat du concours étudiant entrepreneur innovant du générateur de start-up Semia. «  Il existe déjà du "prêt-à-pousser", à mettre sur le plan de travail, poursuit Antony Thirion, mais je voulais un appareil électroménager, autonome, qui soit accessible à tous et en parfaite harmonie avec la cuisine. Qu’il devienne un élément de design utile. Un peu comme une cave à vin. » Avec ses 60 centimètres de large et sa taille standard en hauteur, le Pousse-Légume peut effectivement se glisser entre le four, le lave-vaisselle ou autres éléments d’une cuisine équipée. L’Alsacien y cultive désormais de l’aneth, du basilic, du cerfeuil mais aussi des oignons et quelques fleurs comestibles.

Les restaurateurs intéressés

Confronté à quelques problèmes de compétences - c’est compréhensible pour un étudiant en pharma -, le Strasbourgeois s’entoure pour prototyper le produit électroménager. Il recherche des associés dans d’autres écoles de la ville. Aujourd’hui, ils sont quatre jeunes diplômés à avancer vers une commercialisation espérée en 2020, après obtention du marquage CE.

En attendant, et depuis le premier prototype présenté en mars 2017, l’équipe de Pousse-Légume travaille prioritairement avec une vingtaine de restaurateurs de Strasbourg, Metz ou Nancy. « Ils nous aident à concevoir le produit, ils le testent. On a eu pas mal d’appels des restaurateurs parce qu’ils y voient un réel intérêt pour eux », souligne Anthony Thirion. Celui d’avoir des produits maison, de saison, gage de qualité. Et aussi de proposer un impact visuel en l’installant au bar de l’établissement : « Le client voit des lumières qui font pousser des légumes. Et puis s’il demande un mojito, il voit le barman directement prélever la menthe », sourit le jeune homme.

Des plantes rares ou atypiques

Avant de reprendre, plus sérieusement : « Les restaurateurs ont une problématique d’approvisionnement en aromates notamment. Ils ont des contrats avec des fournisseurs, mais jettent parfois 30 % des aromates chaque jour parce qu’ils ont des difficultés à prévoir le taux de remplissage de leur établissement. Sans compter que 20 % sont périssables à leur arrivée chez le restaurateur. Là, l’intérêt est de récolter au fur et à mesure. Et d’avoir la possibilité de cultiver des plantes rares, atypiques, qui peuvent coûter cher à l’achat ». Il cite aussi bien la menthe-bergamotte, que le cola végétal ou le mertensia maritima, plante à goût d’huître.

Après le potager intelligent imaginé par un autre Alsacien permettant d’arroser ses plantes avec un smartphone, voilà le potager électroménager (vraisemblablement le premier made in France) directement encastrable. La région semble avoir de l’appétit pour l’innovation.