Illustration. Un enfant reçoit du courrier
Illustration. Un enfant reçoit du courrier — G. Varela / 20 Minutes

ECONOMIE

Strasbourg : La belle histoire à succès des aventures interactives par courrier pour les enfants

Une start-up strasbourgeoise cartonne avec son projet d’aventures interactives par courrier pour les enfants et vient de lever un fond 1,5 million d’euros…

  • Une start-up strasbourgeoise avec son concept Epopia propose des aventures interactives aux enfants via des lettres, envoyées par la poste, pour les inciter à lire et à écrire.
  • Elle vient de lever 1,5 million d’euros de fonds pour continuer à développer son concept.
  • Surfant sur le succès, la start-up compte déployer à l’étranger son concept, dans d’autres langues en s’appuyant sur des thèmes existants et très grand public.

C’est une belle histoire. Tant pour les enfants qui ont choisi d’y participer que pour la jeune start-up strasbourgeoise Epopia. Depuis 2014, elle contribue à fait lire, écrire mais aussi rêver les enfants. Quelques années plus tard, le projet qui s’appelait initialement  Rêve aux lettres cartonne et la jeune société vient de réaliser sa première levée de fonds de 1,5 million d’euros… Aujourd’hui, la start-up strasbourgeoise compte plus de 40.000 petits aventuriers disséminés un peu partout dans le monde, souvent de pays francophones, près de 500 écoles, le tout dans 65 pays… De belles perspectives de développement pour cette petite équipe qui compte à peine une dizaine de personnes.

Le principe ? Des aventures interactives pour les enfants de 5 à 10 ans dont ils sont les héros, envoyées par courrier. Les enfants reçoivent une première lettre « d’habitants d’un lointain pays. » En fait, des pédagogues, des enseignants, des graphistes. « L’idée est d’établir une véritable correspondance écrite, inciter un jeune lecteur à prendre plaisir à écrire, de lire, de vivre une aventure dans un monde fantastique et de nourrir son imagination », explique Rémy Perla, le fondateur d’Epopia. Concrètement, l’enfant est plongé dans un monde où les personnages « requièrent son aide ». Dans leurs courriers, (une enveloppe par mois environ) ces derniers décrivent les événements et posent des questions. Des décisions sont à prendre, des activités à réaliser, des énigmes à résoudre…

« Le charme de guetter le courrier à la boîte aux lettres »

Et de toute évidence, cela a séduit Thomas, papa de deux fillettes âgées de 5 et 9 ans. Le père de famille se félicite de l’aventure. « C’est plein de charme avec ce retour au courrier, où l’enfant guette la boîte aux lettres, et avec des univers très clairs qui correspondent bien à chacune, sourit Thomas. Il y a aussi un atelier manuel dans la lettre et cela me permet de faire un peu plus de choses avec les enfants, des activités différentes. C’est un plus dans la relation avec l’enfant, on prend le temps. »

Pour l’instant, trois thèmes sont proposés, comme diriger un royaume, une réserve naturelle, ou remplir la mission dinosaure. Mais d’autres sont à l’étude, car la start-up, forte de sa réussite, compte bien dans sa nouvelle phase de développement. En s’appuyant sur la levée de fonds et mettre en place des équipes dans d’autres pays, avec des histoires peut-être en anglais, en allemand, en s’appuyant sur des thèmes et des histoires existants.  « C’est un nouveau média sans équivalent, une nouvelle manière de créer du lien », assure Rémy Perla, qui sourit du succès et s'amuse : « Notre but est de racheter Walt Disney ! »