VIDEO. Strasbourg: Une plongée dans les sous-sols de la ville

EXPLOREZ Sous vos pieds, galeries brassicoles, hôpital militaire et autres cavités souterraines...

Alexia Ighirri

— 

Une plongée dans les sous-sols de Strasbourg
Une plongée dans les sous-sols de Strasbourg — Eurométropole de Strasbourg
  • Bunker, galeries brassicoles, ouvrages civils, abri « tranchée » de 1939-1945 et même un hôpital militaire, l'Eurométropole de Strasbourg compte plus de 500 indices de cavités souterraines.
  • Aussi, lorsque des effondrements de la chaussée sont constatés, ils sont souvent liés à ces espaces souterrains : ces derniers sont creusés plus de cinq mètres sous terre dans la couche de loess, or cette couche de terre est très sensible à l’eau (fuites ou précipitations).

Sous les pavés… des trous ! Et même de sacrés grands trous. Parce qu’il y a une vie (ou plutôt il y avait) sous le sol de l’agglomération de Strasbourg : bunker, galeries brassicoles, ouvrages civils ou abri « tranchée » de 1939-1945. Sous la place des Halles se trouve aussi un hôpital militaire souterrain, utilisé comme poste de secours par l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale.

« Il est en forme d’escargot, avec la salle d’opération au milieu, décrit Robert Herrmann, président de l’Eurométropole de Strasbourg. Les murs sont très larges, d’ailleurs un des piliers des Halles repose dessus. »

Plus de 500 indices de cavités

Un bilan datant du 31 décembre 2018 enregistre 542 indices de cavités dans l’Eurométropole, dont notamment 69 « réseaux de galeries », 138 « ouvrages militaires » et 111 « caves et abris ». Les communes principalement concernées sont Strasbourg, Schiltigheim, Bischheim, Niederhausbergen, Mundolsheim, Reichstett, Hangenbieten et Kolbsheim.

Aussi, lorsque des effondrements de la chaussée ou des tassements en surface sont constatés, ils sont souvent liés à ces espaces souterrains : ces derniers sont creusés plus de cinq mètres sous terre dans la couche de loess, or cette couche de terre est très sensible à l’eau du fait de sa texture fine et sa nature granulaire. En clair, les fuites des réseaux d’alimentation en eau ou d’assainissement et la circulation naturelle des eaux souterraines (provenant des précipitations) les fragilisent. Tout comme l’altération des maçonneries des cavités et la surcharge liée à la circulation de véhicules lourds.

Différents outils pour prendre soin des souterrains

Entre 2016 et 2018, l’Eurométropole et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) sont intervenus à 62 reprises pour réaliser des diagnostics sur les réseaux souterrains et interventions d’urgence. Plusieurs outils sont à leur disposition en cas d’accès difficile : envoyer un robot avec caméra ou utiliser la microgravimétrie pour se renseigner sur la densité ou le vide, ainsi que le levé laser 3D pour cartographier des épaisseurs, des profondeurs ou localiser précisément les débouchés d’aération. Le tout pour éviter « de creuser pour regarder dedans », sourit Robert Herrmann qui donne l’exemple d’un outil « qui a la taille d’un CD, qu’on pose au sol avec une sorte d’oreillette permettant d’entendre toutes les formes de ruissellement d’eau ».

Parce qu’il faut entretenir ces cavités et galeries souterraines, l’Eurométropole travaille depuis plus de vingt ans avec le BRGM. Vendredi, l’agglomération doit d’ailleurs voter le renouvellement de deux conventions opérationnelles pour la période 2019-2021. La première prévoit la reconduction des missions pour la prévention du risque, avec un contrôle périodique des sites connus. La seconde doit permettre le test et l’évolution des outils de suivi et de diagnostic. Pour un coût total prévisionnel de 363.000 euros hors taxe.