Strasbourg : Pour le spectacle de l’été, le temps va ralentir

TOURISME Voici le nouveau fil conducteur du spectacle de cet été dans les rues strasbourgeoises…

Gilles Varela

— 

Sur la place du Château, "La flèche dans les nuages" réalisé par ACTLD
Sur la place du Château, "La flèche dans les nuages" réalisé par ACTLD — ACTLD

Terminé le parcours avec des spectacles reliant trois sites différents de la ville, à savoir le barrage Vauban, le Palais universitaire et la place du Château. Pour cette nouvelle édition 2019 du grand spectacle d’été, les « choses » se passeront essentiellement dans l’hyper centre de Strasbourg, même si les quais des Bateliers et leur nouvelle urbanisation entrent dans la danse. « Un format plus concentré, avec une déambulation qui propose de nouvelles perspectives de la ville », explique l’adjoint au maire en charge de l’animation Mathieu Cahn. « On s’est rendu compte que le lieu assez naturel des Strasbourgeois et des touristes pour se retrouver le soir reste la place du Château et de la cathédrale ».

Une nouvelle philosophie

Moins de lieux mais plus de temps aussi, car la ville change de braquet et souhaite ralentir le rythme. L’idée ? « Ajuster, réécrire les contenus du projet pour les adapter à l’idée globale au « slow life » détaille l’élu. Une contre-culture développée en réaction à la frénésie du monde actuel, à la frénésie des réseaux sociaux, à l’hyper connectivité. Pour reprendre possession de son emploi du temps et un certain art de vivre et d’apprécier les choses simples », souligne Mathieu Cahn.

« Nous avons décidé de construire la programmation autour de cette philosophie, et de faire un été où l’on vit bien à Strasbourg, où l’on ralentit, on profite de son patrimoine. » En résumé, attendez-vous à une promenade des quais à la place de la cathédrale scénarisée, « plutôt contemplative, qui invite à la flânerie diurne et contemplative tout l’été, sourit Mathieu Cahn, et qui se transformera à la nuit tombée, en soirée événementielle. »

Et l’objectif, qui a réuni près de 680.000 personnes l’année dernière lors des 53 représentations (soit près de 13.000 spectateurs par soir), reste identique, assure Mathieu Cahn. A savoir « mettre en valeur les atouts de la ville, faire partager au plus grand nombre son patrimoine tout en restant « spectaculaire, ludique et tout public ». Une expérience à vivre du 6 juillet au 1er septembre.