Alsace: C'est quoi les «Portes bonheur» qui révèlent des paysages cachés jusque-là?

TOURISME Une ancienne liaison ferroviaire va accueillir une ligne verte au cœur de l’Alsace, une opportunité pour le tourisme de la région mais aussi pour la desserte des villages alentour…

Gilles Varela

— 

Porte sur la voie verte
Porte sur la voie verte — ©ParenthesePaysage
  • Une nouvelle ligne verte de plus de 11 kilomètres sur une ancienne voie ferrée entre Rosheim et Saint-Nabor, au pied du mont Sainte-Odile (Bas-Rhin), va voir le jour d’ici à juillet.
  • Véritable opportunité touristique pour la région, la priorité est donnée à l’écosystème à l’environnement.

Un belvédère, des œuvres d’art architecturales, des points de vue inconnus et des lieux jusqu’ici cachés par la végétation. La communauté de communes des Portes de Rosheim se lance dans un projet touristique, utile aussi pour l’ensemble de ses villages. Une ligne verte, baptisée « Portes bonheur », le chemin des carrières sur une ancienne voie ferrée, entre Rosheim et Saint-Nabor. Plus de 11 km, au pied du mont Sainte-Odile ( Bas-Rhin​) vont être dédiés aux amoureux des déplacements doux, mais pas seulement. Ils permettront aussi aux collégiens des communes traversées de rejoindre leur école en toute sécurité, assurent les élus des communes concernées.

Oubliée, cette ancienne liaison ferroviaire servait au début du siècle dernier à relier Rosheim aux carrières de pierres de Saint-Nabor, puis aussi aux voyageurs. Mais avec la fin définitive de l’exploitation des carrières en 2002, la ligne est restée inexploitée. Et c’est la nature qui a repris le dessus. Elle a fortement contribué au développement économique de la région et sa réhabilitation « est un véritable atout touristique pour l’ensemble des communes, promet Michel Herr, le maire de Rosheim. Mais on n’a pas voulu d’une piste cyclable pour ne pas bétonner la nature », ajoute l’élu qui met en avant la priorité donnée à la faune et la flore très diversifiée à cet endroit. La végétation existante est conservée afin de créer un corridor écologique entre Rosheim et le massif des Vosges et permettre aussi plus d’une vingtaine d’actions concrètes en faveur de l’environnement et de la biodiversité.

Au pied du Promontoire à Saint Nabor.
Au pied du Promontoire à Saint Nabor. - ParenthesePaysage

Création d’un spectaculaire belvédère

Si les cyclo touristes et les promeneurs sont attendus, les 18.000 riverains sont espérés. Notamment les collégiens à vélo. « La cohabitation devrait bien se passer, assure le maire, même si aucune disposition particulière en ce sens n’est prévue. Il y aura de la place pour tout le monde car la ligne fera trois mètres de large, en enrobé. » Dans une deuxième phase, des boucles et des circuits touristiques, pour les vététistes notamment, seront mises en place.

Le belvédère à Saint Nabor.
Le belvédère à Saint Nabor. - ParenthesePaysage

Concrètement, cette nouvelle voie verte sera rythmée par des vergers, des champs balcons, des vignes, des bois, des forêts, des zones humides… Plusieurs petites passerelles vont être créées, ainsi qu’un spectaculaire belvédère à Saint-Nabor. Certaines traverses et des rails sont conservés et le parcours est ponctué d’éléments insolites, comme des œuvres architecturales, afin de valoriser le patrimoine et les paysages alentour. L’ensemble des mobiliers, des œuvres ou même la signalétique est très épurée choisi par l’architecte Norvégien Reiulf Ramstad à qui a été confiée la conception de cette voie verte.

Mais pour profiter de cette nouvelle voie touristique, il faudra patienter jusqu’au 1er juillet, date de livraison de ce qu’appellent les élus, « un condensé d’Alsace ».