Strasbourg: La fibre optique à très haut débit arrive dans toute l'agglomération

TECHNOLOGIE Après l’achat fin septembre des réseaux câblés de l’Eurométropole, SFR annonce le déploiement du très haut débit à 1Gbit/s par la fibre optique sur les 31 communes de l’agglomération…

Gilles Varela

— 

Une armoire de raccordement à la fibre optique.
Une armoire de raccordement à la fibre optique. — M.Libert/20 Minutes
  • L’Eurométropole de Strasbourg a cédé à SFR le réseau câblé lors du conseil du 28 septembre.
  • La société, spécialisée dans la fibre optique, compte moderniser les réseaux et déployer du très haut débit à 1 Gbit/s sur les 31 communes de l’agglomération.
  • Ce déploiement va prendre trois années, mais déjà au cours de l’année 2019, 110.000 logements et entreprises auront accès à ce très haut débit.

Télécharger une série de dix épisodes en 50 secondes au lieu de 45 minutes en ADSL, échanger et partager des fichiers volumineux presque instantanément, profiter des qualités d’affichage de votre téléviseur, vous en rêviez ? Cela va bientôt être possible sur l’ensemble de l’agglomération. Le développement de la fibre va changer de braquet, notamment depuis la cession, décidée fin septembre dernier au conseil de l’Eurométropole, du réseau câblé historique à SFR. Cette dernière compte déployer le très haut débit à 1 Gbit/s, alors qu’actuellement le débit avoisine les 100 Mo. Et cela devrait profiter aux 31 communes de l’agglomération Strasbourgeoise. Une cession devenue réalisable depuis l’arrivée à échéance de conventions d’exploitation qui liaient les communes de l’Eurométropole depuis 25 ans et même 30 ans pour certaines.

Cette cession va permettre à la société SFR (qui a racheté la société NC Numéricable qui exploitait le réseau), de faire de lourds investissements. Si l’entreprise n’est pas la seule à équiper Strasbourg de fibre optique, ( Orange est en concurrence et a déployé son propre réseau), l’objectif de SFR est de moderniser et densifier son offre via ses réseaux câblés. Une exploitation que ne voulait pas l’Eurométropole, « qui n’a pas vocation à investir dans ces types d’infrastructures ou de les entretenir », a souligné Catherine Trautmann, vice-présidente de l’Eurométropole en charge de la stratégie de développement économique et social. Un très haut débit « devenu cependant « indispensable pour de très nombreux foyers, qui permet de réduire la fracture numérique des territoires, mais aussi nécessaire pour le développement des entreprises locales », a encore rappelé l’élue, mentionnant au passage le budget pluriannuel de la nouvelle stratégie digitale qui s’élève 16,1 millions d’euros jusqu’en 2026…

Deux opérateurs pour l’agglomération

Une bonne affaire pourrait-on dire pour l’Eurométrople qui conservera un droit d’usage gratuit de ces infrastructures. Une bonne occasion aussi pour la collectivité qui conserve ainsi deux opérateurs qui ont choisi d’investir dans ces infrastructures. Une offre complémentaire forcément bonne pour les affaires et qui permettra de répondre ultérieurement aux futures technologies.

Concrètement, pas besoin de travaux dans les rues. La fibre va emprunter les fourreaux existants et amener la fibre au pied de l’immeuble. Libre ensuite au particulier de choisir quel opérateur il souhaite. Cette solution, appelée « Fiber to the Building a l’avantage de permettre un raccordement rapide et simplifié, la prise est déjà dans le domicile, pas de travaux de génie civil donc » promet Alain Weill, président directeur général d’Altice France, le groupe à qui appartient SFR. L’optimisation de la fibre « va permettre aux usagers de bénéficier de débits Internet jusqu’à 50 fois supérieurs à ceux permis de l’ADSL et d’une qualité d’image haute définition (HD, 4K) sur plusieurs écrans ou support du foyer sans perte de qualité », assure Alain Weill. Il suffira de sept secondes pour télécharger un film de 700 Mo contre cinq minutes en ADSL…

Mais il va falloir encore un peu patienter pour voir la fibre au pied de votre immeuble. Les travaux de déploiement vont débuter par Strasbourg et s’étaler sur trois ans pour couvrir l’ensemble des 30 autres communes de l’agglomération. Il est prévu que 220.000 logements et entreprises auront accès à la fibre, et pour 110.000 d’entre eux, au cours de l’année 2019.