Strasbourg le 03 09 2012.Illustration dans une école.
Strasbourg le 03 09 2012.Illustration dans une école. — G. VARELA /20 MINUTES

EDUCATION

Strasbourg : Du haut d’une tour de 20 étages, une mère réclame le recrutement d’auxiliaires de vie scolaire

Une mère de famille, perchée en haut de l'ancienne tour de la Maison du bâtiment à Strasbourg, réclame des auxiliaires de vies scolaires...

Depuis ce mercredi matin peu après 4 heures, une maman est perchée au sommet de l’échafaudage de la tour de l’ancienne Maison du bâtiment à Strasbourg, place d’Haguenau. Membre du Collectif citoyen Handicap, elle réclame le recrutement immédiat de 10.000 éducateurs spécialisés pour accompagner les 10.000 enfants actuellement sans auxiliaires de vie scolaire (AVS) ainsi « que la fin de la violation des droits fondamentaux des personnes en situation de Handicap ».

La police et les pompiers sur place

La mère de famille, maman d’un enfant autiste, a déployé une banderole depuis le 20e étage de la tour, sur laquelle il est inscrit : « Laissez-nous être des citoyens » et « AVS Ecole Accessibilité Loisir Emploi ». La police ainsi que les pompiers sont arrivés sur place vers 06H30 pour « porter secours et intervenir dans les meilleures conditions de sécurité pour cette personne », selon la police.

Les militants du Collectif citoyen Handicap protestent contre les conditions de recrutement des auxiliaires de vie scolaire (AVS) et l’opacité des décisions rendues par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

En septembre dernier, une autre militante, avait également escaladé une grue avec les mêmes revendications. Mais depuis, assure la militante, « aucunes de leurs demandes n’ont été satisfaites. » « Rien n’a bougé, a déclaré à l’AFP cette militante. On a obtenu un courrier du rectorat nous disant qu’ils ont les moyens de recruter des (AVS), mais ils ne le font pas », regrette cette maman d’un garçon de 9 ans ayant besoin d’une AVS. « Moi j’ai obtenu une AVS un peu par la force, si vous êtes civilisé vous n’obtenez rien ».

Pour l’heure, du haut de son échafaudage, la maman attend l’arrivée d’un représentant de l’académie avec qui elle espère pouvoir négocier.