Strasbourg: Un pansement connecté pour aider à la cicatrisation et détecter les infections sur son smartphone

INNOVATION Après de multiples innovations dans le data textile, la société Spinali Design propose un pansement connecté et trouve dans le domaine de la santé de multiples applications pour sa technologie connectée…

Gilles Varela

— 

Le pansement connecté de Spinali Design. Strasbourg le 08 octobre 2018.
Le pansement connecté de Spinali Design. Strasbourg le 08 octobre 2018. — G. Varela / 20 Minutes
  • La start-up mulhousienne Spinali Design, spécialisée dans l’intelligence artificielle et le numérique, propose un pansement connecté qui devrait être commercialisé fin 2019.
  • Cette innovation a été pensée en collaboration étroite avec l’Inserm à Strasbourg.
  • Son principe est d’envoyer des informations et des alertes à une application associée sur un smartphone.

Maillots de bain, robes, vêtements de sport, crème solaire, jeans vibrants, tous connectés… C’est devenu une habitude pour la jeune start-up mulhousienne Spinali Design. Régulièrement et cela depuis 2015, elle apporte son lot d’innovations même si certaines ont pu, dans un premier temps, prêter à sourire… avant d’être perçues « comme une évidence, des avancées technologiques qui n’interrogent plus car on sait que c’est la suite et que les choses vont s’accélérer », explique Romain Spinali, responsable innovation de la start-up.

La société qui prône le made in France, l’esthétisme et s’appuie sur le savoir-faire local, change cette année de braquet. Spécialisée dans le numérique et l’intelligence artificielle, elle vient de créer un pansement connecté qui détecte les infections, une innovation rendue possible grâce à un partenariat avec l’unité biomatériaux et bioingénierie de l’Inserm à Strasbourg.

Une puce contenue dans le pansement

Croisement des compétences, expertise de l’Inserm, à force de collaboration avec les biologistes, chimistes, biophysiciens et cliniciens du laboratoire de l’Inserm, la société s’apprête à proposer sur le marché (d’ici à la fin 2019) un pansement qui intègre des agents antibactériens. Concrètement ? Le pansement contient une puce électronique qu’il faut activer par un bouton-poussoir juste avant l’application sur la plaie. Ce pansement se connecte alors à une application smartphone pour échanger des données. Le pansement, étanche, peut se garder jusqu’à un mois…

Le pansement connecté de Spinali Design
Le pansement connecté de Spinali Design - G. Varela / 20 Minutes

« Cela va intéresser les gens qui ont un système immunitaire déficient, les personnes âgées, les diabétiques, ceux qui ont une chimiothérapie et qui ont du mal à cicatriser, les plaies chroniques principalement », énumère le docteur Marie-Hélène Metz Boutigue, directeur de recherche à l’Inserm. Principal avantage, la surveillance et donc la prévention.

Vendu une trentaine d’euros

« On peut surveiller l’évolution de la plaie de manière à saisir le tout début de l’infection », souligne le docteur. Une surveillance d’autant plus primordiale que de nombreux pathogènes deviennent multirésistants. « Avec ce nouveau type de pansement, on développe dans un premier temps l’alerte, qui va se traduire par un système visuel qui va être capté, explique Marie-Hélène Metz Boutigue. Dans le même temps, cette détection sous l’action du pathogène va libérer une substance active anti microbienne, dans le pansement, le premier produit antibiotique. On appelle ça du self-killing, c’est-à-dire que le pathogène fournit l’arme pour qu’on le tue et ça, c’est le point fort de ce système. »

Alerte, prévention, réduction de l’infection, les pansements connectés permettront également de réduire les temps de soins, les coûts. Vendu une trentaine d’euros, le pansement devrait être commercialisé pour le grand public fin 2019. Le temps pour Spinali Design d’explorer d’autres applications de ses textiles connectés, dans le secteur médical comme le souffle Romain Spinali : « On a tiré un fil, l’éventail des possibilités donne le vertige. Plus on tire, plus on se dit qu’il y a des choses à faire. »