Après l'inondation, les questions

Ludovic Meignin - ©2008 20 minutes

— 

Un défaut de conception est-il à l'origine des deux inondations successives de la gare TGV de Strasbourg lors des violents orages du week-end dernier ? En attendant une expertise plus poussée prévue dans les prochains jours, les nouveaux aménagements, dont la grande verrière construite contre le bâtiment historique de la gare, ont subi un premier examen hier. Des vérifications techniques ont été réalisées sur toutes les conduites d'évacuation des eaux pluviales. Rien d'anormal n'a été décelé, a indiqué hier la SNCF. Pour le directeur d'établissement strasbourgeois de la compagnie ferroviaire, François Henry, « rien ne permet d'affirmer à l'heure actuelle qu'il y ait eu un défaut de conception ». Il note d'ailleurs que les quais ont aussi été inondés, « alors que l'installation de la verrière n'a rien modifié de ce côté-là ».

De fait, si la gigantesque surface vitrée a pu contribuer à accroître le ruissellement des pluies générées par les orages, cela ne suffit pas à expliquer l'abondance des infiltrations dans le bâtiment. Pas moins de 300 m3 d'eau ont été pompés et il est établi qu'elle a pénétré par plusieurs endroits. Ainsi, l'inclinaison de la nouvelle place de la gare est soupçonnée d'avoir joué un rôle prépondérant en favorisant le ruissellement. « En tout état de cause, il y a quelque chose d'anormal et l'on ne peut pas risquer à chaque orage de se retrouver avec de multiples perturbations pour les usagers. C'est pourquoi nous allons suivre l'expertise avec attention », a déclaré hier soir le premier adjoint au maire, Robert Herrmann (PS).