Bas-Rhin: Un plan d'urgence de 4,5 millions d'euros pour les aidants familiaux et les Ehpad

SOCIETE Le conseil départemental du Bas-Rhin lance un plan d’urgence pour venir en aide aux aidants familiaux, aux Ehpad…

Gilles Varela

— 

Illustration dans un Ehpad.
Illustration dans un Ehpad. — M. Libert / 20 Minutes
  • L’objectif de ce plan départemental est d’améliorer la prise en charge des personnes âgées dépendantes et de réfléchir à de nouvelles solutions.
  • D’ici à 2030, on comptera un tiers de plus de seniors dans le Bas-Rhin, notamment des personnes âgées de 80 ans et plus. Soit une augmentation de 44 % pour ce seul département.

Avec le vieillissement de la population et donc l’augmentation progressive de la dépendance, la prise en charge des personnes âgées nécessite de plus en plus de professionnels, d’écoute et d’investissements. Pour les aidants familiaux tout comme pour les structures qui prennent en charge les personnes dépendantes comme les Ephad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), la tâche est difficile et tous ne se sentent pas vraiment entendu.

De facto, dans les Ehpad surbookés, la pression sur les soignants est de plus en plus forte, car les exigences augmentent proportionnellement à l’âge des personnes qui y trouvent place. Conséquences, certains personnels ne se sentent plus capables d’accomplir leur mission tant la tâche est grande et les moyens faibles. « Absentéisme (10 %), congés maladie, la pression se reporte alors plus encore sur ceux qui tiennent bon, s’inquiète Frédéric Bierry, président du conseil départemental du Bas-Rhin (CD 67). Parallèlement, les aides soignants, les accompagnants sont de plus en plus difficiles à trouver, la filière souffre d’une mauvaise image. Il faut la revaloriser. »

Et la situation ne devrait pas s’arranger. D’ici à 2030, on comptera un tiers de plus de seniors dans le Bas-Rhin, notamment des personnes âgées de 80 ans et plus. Soit une augmentation de 44 % pour ce seul département. « On se retrouve dans des situations où des personnes entrent dans un établissement avec des dents saines et quelques mois après ont des abcès », relate Frédéric Bierry. « Une personne âgée n’a eu qu’une seule douche en quinze jours dans un Ehpad », déplore encore le président. Aussi, un plan d’urgence est lancé par le CD 67 qui va mettre plus de 4 millions d’euros supplémentaires sur la table.

Ecouter les familles et soutenir les professionnels

Principale mesure, plus d’écoute auprès des familles afin d’évaluer chaque situation, faire remonter les informations et les difficultés rencontrées, « et tirer des leçons pour faire avancer les choses », assure le président. Mais aussi accompagner les professionnels, les soutenir : développer et optimiser les bonnes pratiques, l’un des enjeux étant de réduire la charge administrative des personnels. Lancement aussi d’un Hacking silver camp, sorte de mobilisation à travers des rencontres de professionnels et acteurs d’horizons divers, pour débattre autour des enjeux du vieillissement et tester collectivement des idées…

Plus spectaculaire, le plan d’urgence prévoit l’expérimentation d’une équipe de remplacement volante. L’objectif étant de répondre rapidement à un manque de personnel ponctuel. Une quinzaine de personnes devraient composer cette équipe qui « devrait voir le jour en début d’année prochaine, estime Frédéric Bierry, une fois certains obstacles de droits levés », mais cela ne sera qu’une expérimentation…