Strasbourg: A quoi va ressembler le nouveau Parc des expositions de la ville, attendu en 2021?

TRAVAUX Relancé fin 2017, le projet architectural retenu pour le futur nouveau Parc des expositions de Strasbourg (à côté du Palais de la musique et des congrès) a été présenté ce dimanche…

Bruno Poussard

— 

Vue aérienne sur le projet du nouveau parc des expositions de Strasbourg. Lancer le diaporama
Vue aérienne sur le projet du nouveau parc des expositions de Strasbourg. — Document Kengo Kuma & Associates - Image by Lunance.
  • Relancé fin 2017, le projet architectural retenu pour le futur nouveau Parc des expositions de Strasbourg vient d’être présenté ce dimanche.
  • Pensé par un architecte japonais reconnu, le futur Parc des expositions sera en bois et comportera cinq halls, à côté du PMC et de l’hôtel Hilton.

L’édition 2018 de la Foire européenne de Strasbourg s’est terminée lundi après dix jours d’exposition. La fin d’une plus longue histoire. Car  un déménagement l’attend. A partir de 2019, le rendez-vous de la rentrée se tiendra près du Palais de la musique et des congrès (PMC) et de l’hôtel Hilton, le long de l’avenue Herrenschmidt (sur le site de la plateforme Kieffer).

Dans des installations provisoires, d’abord. Puis, à partir de 2021, dans le tout nouveau Parc des expositions de la ville. Relancé fin 2017, le projet architectural a été présenté dimanche après-midi après un concours lancé il y a huit mois. Pour certains, c’était un secret de polichinelle. Mais le projet « Lisières » de Kengo Kuma a été retenu à l’unanimité.

Sur le parvis du futur parc des expositions de Strasbourg.
Sur le parvis du futur parc des expositions de Strasbourg. - Document Kengo Kuma & Associates - Image by Lunance.

Une grande structure en bois

Déjà derrière la Cité des arts et de la culture de Besançon (Doubs), le Conservatoire de musique et de danse d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) ou la prochaine gare Saint-Denis Pleyel (Seine-Saint-Denis) en France, l’architecte japonais reconnu a aussi pensé le futur stade national des prochains Jeux olympiques, en construction à Tokyo.

Avec son agence française, il a misé sur une structure en bois et acier pour le Parc des expositions. Avec des « matériaux locaux », des « formes épurées » et un « jeu avec l’eau » du canal voisin dixit Kengo Kuma. En misant sur l’isolation, la ventilation en partie naturelle, le soleil et le photovoltaïque, ses plans – voulus « durables » – intègrent des notions environnementales.

Le grand hall 1 du futur parc des expositions de Strasbourg.
Le grand hall 1 du futur parc des expositions de Strasbourg. - Document Kengo Kuma & Associates - Image by Lunance.

Un projet revu à la baisse depuis 2014

Depuis le projet tombé à l’eau pour un coût trop élevé (180 millions d’euros) en 2014, le nouveau Parc des expositions a été largement revu à la baisse. D’une capacité d’exposition totale de près de 26.000 m2 et d’une surface de 22.000 m2 dédiée au parking (dont 900 places couvertes) pour 58.000 m2 de bâti au total, son budget sera cette fois de 86 millions d’euros.

La vue sur le parvis du futur nouveau parc des expositions de Strasbourg, derrière le canal de dérivation.
La vue sur le parvis du futur nouveau parc des expositions de Strasbourg, derrière le canal de dérivation. - Document Kengo Kuma & Associates - Image by Lunance.

Peut-être renommé « Pavillon des expositions » comme l’a proposé le président de l’Eurométropole Robert Herrmann, l’infrastructure sera composée de cinq halls, l’un près du PMC, et quatre autres derrière l’hôtel Hilton. Elle comportera aussi une terrasse événementielle en hauteur. Le début des travaux est prévu pour 2020. L’actuel site du Wacken doit, lui, céder sa place à la poursuite du quartier d'affaires l'Archipel.