Évacuation d’une ZAD près de Strasbourg : A 89 ans, Germaine est sur les barricades contre le GCO

EVACUATION Pour défendre la ZAD de Kolbsheim et éviter que les opposants au contournement autoroutier de Strasbourg ne soient expulsés, les habitants des communes proches n’ont pas hésité à venir se frotter aux forces de l’ordre, comme Germaine 89 ans…

Gilles Varela

— 

Dany Karcher, maire de Kolbsheim et Germaine, 89 ans, peu après l'expulsion de la ZAD. Lancer le diaporama
Dany Karcher, maire de Kolbsheim et Germaine, 89 ans, peu après l'expulsion de la ZAD. — G. Varela / 20 Minutes
  • La ZAD de Kolbsheim, qui regroupe les opposants au Grand contournement ouest de Strasbourg, a été évacuée par les forces de l’ordre ce lundi matin.
  • Parmi les villageois qui ont tenté de rejoindre les zadistes, Germaine, 89 ans avec son déambulateur, mais aussi Doris, qui a fait sonner les cloches de l’église.

Quelles que soient ses idées et ses prises de position, Germaine ne peut que forcer l’admiration, tant elle est déterminée et vive. A 89 ans, cette habitante de Kolbsheim a du ressort et n’a pas hésité à pousser son déambulateur pour se rendre, à 5h30 du matin, sur les barricades des opposants au GCO. Objectif, rejoindre les 200 villageois venus soutenir les zadistes, mais surtout s’opposer au Grand contournement ouest (GCO).

GCO: Evacuation de la ZAD de Kolsheim, évacuée par les gendarmes mobilies.
GCO: Evacuation de la ZAD de Kolsheim, évacuée par les gendarmes mobilies. - G. Varela / 20 Minutes

Téméraire aussi. Germaine a pris du « gaz lacrymogène » et c’est un zadiste qui est venu lui donner de l’eau pour les yeux, raconte la vieille dame. Lorsque les gendarmes mobiles ont très fermement fait remonter aux abords du village élus et habitants, alors que de la peinture blanche lancée dans les airs par les zadistes sur les forces de l’ordre survolait les opposants, Germaine, soutenue par des élus, a été « fortement » bousculée : « Je me tenais à la charrette, mais les gendarmes l’ont retourné et un homme est tombé. Moi j’ai lâché. » Si elle est chamboulée, la presque nonagénaire s’inquiète surtout pour le sort de la forêt : « Mais cette violence, c’est surtout pour les arbres. C’est malheureux pour la nature, la vie. C’est partout pareil, ils veulent construire, bétonner tout. »

Expulsion de la ZAD de Kolbshiem. Le 10 09 2018.
Expulsion de la ZAD de Kolbshiem. Le 10 09 2018. - G. Varela / 20 Minutes

Des villages mobilisés

Après tant d’émotions, Germaine est rentrée se reposer. Ces faits d’armes, elle les raconte au téléphone à Doris, une sexagénaire du village également très active, qui a participé à réveiller le village de Kolbsheim. « On a fait sonner le clocher de l’église avec la pasteure dès 4h45, pour prévenir tout le monde, car des camions de gendarmes avaient été aperçus sur la nationale. Puis je suis parti en voiture tourner dans le village, pour faire des repérages et klaxonner, avant de rejoindre ceux qui étaient déjà sur place. » Si la veilleuse regrette « la fermeté des gendarmes mobiles « et « le manque de discernement » lors de leur intervention, elle assure qu’ils vont résister.

Expulsion de la ZAD de Kolbshiem. Le 10 09 2018.
Expulsion de la ZAD de Kolbshiem. Le 10 09 2018. - G. Varela / 20 Minutes

Pendant ce temps, une poignée de villageois a contourné les forces de l’ordre par des chemins de traverses, pour se retrouver, une dernière fois, face à des gendarmes surpris, au pied « du Moulin ». Une belle percée qui n’a pas vraiment changé grand-chose, si ce n’est de permettre au maire de Pfettisheim de rentrer le premier dans l’ex-ZAD, pour évaluer la situation et « voir si les tronçonneuses n’étaient pas déjà l’œuvre. »

Expulsion de la ZAD de Kolbshiem. Le 10 09 2018.
Expulsion de la ZAD de Kolbshiem. Le 10 09 2018. - G. Varela / 20 Minutes

Peu importe, les premiers engins de terrassement faisaient leur entrée et les derniers zadistes étaient éconduits dans le calme. « Ils auraient déjà dû être expulsés… On a au moins gagné un an », conclue Doris, un poil résignée.

>> A lire aussi : La ZAD contre le projet autoroutier du GCO évacuée par les gendarmes, premières destructions