Nancy: Un téléphone portable retrouvé dans la cellule d’un détenu condamné pour terrorisme

PRISON Le syndicat FO-Pénitentiaire dénonce ce qui se passe au quartier d’isolement de la prison de Nancy-Maxéville…

G.D.

— 

Illustration du centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville.
Illustration du centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville. — Pol Emile/SIPA

L’affaire inquiète le syndicat FO-pénitentiaire. Lundi, la déléguée du centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville dénonçait, via un communiqué, la découverte d’un téléphone portable sous la fenêtre d’un détenu condamné pour actes terroristes et affecté à l’isolement.

D’après FO, c’est une équipe d’intervention et de sécurité pénitentiaire qui a fait cette trouvaille, la semaine dernière, lors d’un transfert du prisonnier dans un autre centre.

Un soldat de l’organisation de l’Etat islamique

Le syndicat évoque aussi un événement qui s’est produit dans la même prison, le week-end du 14 et 15 juillet. « Un détenu condamné pour la même chose a tenu des propos très alarmants, se déclarant être un soldat de l’organisation de l’Etat islamique et qu’il avait des projets », affirme la déléguée syndicale. Le prisonnier « aurait même déclaré avoir compté les pas reliant sa cellule au bureau du surveillant, ainsi que les endroits où il n’y avait pas de caméra », d’après le communiqué.

« Les cellules sont côte à côte »

Selon un gardien de prison de Nancy-Maxéville, interrogé par L’Est Républicain, « même à l’isolement, les détenus communiquent entre eux. Les cellules sont côte à côte. Et les détenus accrochent les téléphones à des fils qu’ils pendent aux fenêtres. »

Contactée par le quotidien régional, l’administration pénitentiaire assure avoir pris « les mesures de sécurité nécessaires, s’agissant de détenus, on ne rentre pas dans les détails. »

Une enquête est en cours pour le téléphone, mais pas pour les menaces.

>> A lire aussi : Que va changer l'installation de téléphones dans les cellules de prison?