Strasbourg: Les questions qui se posent sur l'eau de votre carafe

SANTE D’où provient l’eau du robinet de l’agglomération? quels contrôles? quels avantages à la boire? Petit tour d’horizon, c’est de saison…

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 16 juillet 2018. Le Centre d'analyses et de recherches (CAR) à Illkirch-Graffenstden effectue les analyses d'eau. Lancer le diaporama
Strasbourg le 16 juillet 2018. Le Centre d'analyses et de recherches (CAR) à Illkirch-Graffenstden effectue les analyses d'eau. — G. Varela / 20 Minutes
  • L’agglomération bénéficie d'une des plus importantes réserves d’eau potable d’Europe.
  • Chaque jour, de nombreuses analyses sont effectuées au Centre d’analyses et de recherche (CAR) à Strasbourg.
  • Boire l’eau du robinet serait bon pour votre porte-monnaie et l’environnement.

C’est bientôt l’heure de noyer votre boisson anisée dans de l’eau, désaltérer les enfants, vous rafraîchir en passant à la pompe à eau du bureau… Oui, mais cette eau, celle de votre carafe, celle demandée aux terrasses de cafés, celle que vous buvez au robinet, est-elle fiable ? Et d’ailleurs d’où vient-elle ? Pourquoi la préférer à l’eau des bouteilles en plastique ? Premiers éléments de réponses.

D’où vient l’eau à votre robinet ?

Première surprise : l’eau que vous buvez au robinet de l’Eurométropole provient exclusivement de la nappe phréatique rhénane, sans traitement. Par chance, c’est l’une des plus importantes réserves d’eau potable d’Europe. Accessible à une profondeur de quelques mètres seulement, profonde de 140 mètres à Strasbourg, son volume d’eau est estimé à 35 milliards de m3 rien que sur le côté alsacien. Vous allez pouvoir en boire. eule une légère chloration est effectuée à titre préventif. Il existe 14 sites de production dans l’agglomération, dont un nouveau à Plobsheim. La plus importante se situe dans la zone de captage du Polygone et représente 80 % de la production totale en eau potable. Chaque jour, plus de 85.000 m3 d’eau sont distribués.

Comment être certain qu’elle est propre à la consommation ?

C’est la question… de toutes les attentions. Plusieurs niveaux de contrôle permettent de garantir en permanence la qualité de votre eau. Contrôle sanitaire du préfet, des installations, d’analyses par un laboratoire indépendant… Vous pouvez compter aussi sur un réseau de médecins qui surveille la qualité de l’eau en matière de pathologie digestive. L’Agence régionale de santé (ARS) a de son côté la responsabilité de l’organisation du contrôle sanitaire des eaux distribuées et assure le suivi des mesures de correction, voire d’urgence qui doivent être mises en place en cas de dégradation de la qualité. Et c’est le Centre d’analyses et de recherches (CAR), situé à Illkirch-Graffenstaden qui, chaque année procède à 120.000 analyses. Des autos contrôles s’ajoutent à ceux ordonnés par le préfet… Bilan : des taux de conformité bactériologique supérieurs à 99,5 % sur l’ensemble unités de distribution et des taux de conformité physico chimique supérieurs à 99,8 % sur l’ensemble des unités de production. Vous pouvez lever le coude…

Strasbourg le 16 juillet 2018. Le Centre d'analyses et de recherches (CAR) à Illkirch-Graffenstden effectue les analyses d'eau.
Strasbourg le 16 juillet 2018. Le Centre d'analyses et de recherches (CAR) à Illkirch-Graffenstden effectue les analyses d'eau. - G. Varela / 20 Minutes

Pourquoi préférer l’eau du robinet à celle en bouteille ?

Question goût, s’il est facile de noter une petite différence avec l’eau en bouteille, c’est surtout pour votre porte-monnaie et l’environnement que cela peut faire la différence. En consommant l’eau du robinet, on évite de jeter des bouteilles en plastique. Si tous les habitants de l’agglomération ne buvaient que de l’eau du robinet, cela économiserait chaque année 165 millions de bouteilles en plastique, assure l’Eurométropole. Côté finances, cela permettrait à une famille de quatre personnes d’économiser près de 450 euros par an. Voilà de quoi boire jusqu’à plus soif…